Afrique du SudEtats-Unis

Conflit – barrage de la renaissance éthiopienne » : l’ONU et l’UA appellent au dialogue

Une visioconférence publique du Conseil de Sécurité de l'ONU sur le conflit entre l'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan autour de la mise en eau du grand barrage de la renaissance (GERD) de l’Ethiopie sur le Nil est prévue lundi trois jours après une réunion similaire de l'Union Africaine qui a appelé les parties au dialogue.

Conflit – barrage de la renaissance éthiopienne » : l’ONU et l’UA appellent au dialogue

Une visioconférence publique du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le conflit entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan autour de la mise en eau du grand barrage de la renaissance (GERD) de l’Ethiopie sur le Nil est prévue lundi trois jours après une réunion similaire de l’Union Africaine qui a appelé les parties au dialogue.

La mise en eau du gigantesque barrage construit par l’Ethiopie sur le Nil bleu, a été reporté après que l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan ont parvenu à un accord dans le conflit qui les oppose autour du remplissage barrage de la renaissance, après une réunion en urgence et en visioconférence du Conseil exécutif de l’Union africaine, présidée par le chef de l’Etat Sud-Africain Cyril Ramaphosa.

« Un accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage, va être envoyé au Conseil de sécurité des Nations Unies afin qu’il y soit examiné lors de sa réunion de lundi sur la question du Grand barrage de la renaissance », a indiqué la Présidence Egyptienne.

Le Premier Ministre Soudanais, Abdalla Hamdok, a pour sa part déclaré dans un communiqué qu’il avait été « convenu que la mise en eau du barrage serait reportée jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé ». Ses services ont indiqué que des commissions techniques des trois pays allaient mettre sur pied un accord dans les deux semaines.

Alors que les discussions bloquent sur les questions techniques et juridiques, William Davison du bureau bruxellois de l’International Crisis Group pense que tout doit passer par le dialogue. « Puisque le remplissage doit commencer mi-juillet, il est impératif que les acteurs se mettent autour d’une table et trouvent une solution », estime le chercheur.

L’Union Européenne a récemment proposé d’agir en tant que médiateur et les Etats-Unis ont averti qu’il était impératif que l’Ethiopie soit « équitable ». L’UA de son côté, ainsi que les Nations Unies, appellent l’Egypte et l’Ethiopie au dialogue.

Assurer les besoins en électricité de l’Ethiopie

Il est à signaler que la volonté éthiopienne de développer l’agriculture irriguée, quasi inexistante avec 3 % de ses surfaces agricoles et le potentiel hydroélectrique d’un pays qui manque d’énergie, ont conduit le gouvernement à lancer la construction de nombreux barrages depuis 1995.

Les besoins en électricité de l’Ethiopie augmentent de 30 % par an, et l’exportation de l’électricité produite par le barrage vers les pays voisins fournirait 730 millions d’euros par an au pays, qui actuellement importe plus qu’il n’exporte.

En l’absence de financement des bailleurs de fonds internationaux, le gouvernement éthiopien a donc entrepris de financer seul la construction du barrage de la Renaissance. Des contributions spéciales ont été demandées aux fonctionnaires et à tous les Ethiopiens à cette fin.

Le barrage de la Renaissance est un barrage en construction dans l’état régional de Benishangul-Gumuz sur le cours du Nil bleu, près de la frontière avec le Soudan, à une centaine de kilomètres en amont du barrage de Roseires .

Avec une puissance installée de 6 450 MW, il devrait être le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique (près de trois fois la puissance du haut barrage d’Assouan par exemple).

Ce sera un barrage poids de 175 m de haut, 1 800 m de long et composé de béton BCR. Ce lac-réservoir couvrira 1 680 km2, soit deux fois plus que le lac Tana, le plus grand lac naturel du pays. Il retiendra 67 milliards de m3 d’eau et pourrait prendre plus de sept ans à se remplir.

Le projet, rendu public le 31 mars 2011, a démarré le 28 mai 2013 et la construction devrait durer jusqu’en 2022. La Première pierre est posée le 2 avril 2011. Le barrage s’est appelé « Projet X », puis « Barrage du millénaire » avant de devenir le « Grand Barrage de la renaissance éthiopienne » en 2016.

Tensions avec les pays en aval

Les eaux venues des plateaux éthiopiens représentent 86 % de l’eau consommée en Egypte et 95 % en période de crue. A lui seul, le Nil bleu fournit 59 % du débit du Nil. Le projet de barrage de la Renaissance a donc engendré de vives tensions avec considère ce projet comme une menace « existentielle ».

Le Nil, qui coule sur quelque 6000 km, est une source d’approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d’Afrique de l’Est. L’Egypte tire 97% de ses besoins en eau de ce fleuve.

En fonction de la rapidité avec laquelle l’Ethiopie remplira le bassin, le Caire s’attend à avoir 14 à 22% d’eau en moins. 30% des terres agricoles pourraient devenir arides, estime le gouvernement égyptien.

Le Caire souhaite que le lac de retenue du GERD soit rempli le plus lentement possible, en près de quinze ans, alors que Gideon Asfaw, le ministre de l’Eau à Addis Abeba, propose quatre à sept ans. L’Egypte exige une garantie d’un débit de 41 milliards de mètres cubes par an, mais l’Ethiopie refuse de s’engager sur un tel chiffre, mais laisse entendre qu’elle pourrait accorder 30 milliards de mètres cubes.

Plusieurs experts considèrent le projet surdimensionné et des interrogations subsistent sur l’impact du remplissage du réservoir sur les pays en aval, sur l’envasement, la sismicité de la région, le comportement du barrage en cas de crue du Nil bleu, l’impact sur la biodiversité de la région.

La saison des pluies commence en juillet, un moment idéal pour commencer le remplissage du barrage conçu pour contenir 74 milliards de mètres cube d’eau. Si le Soudan, également riverain, partage les préoccupations de l’Egypte, il voit également des avantages : « une électricité bon marché et moins d’inondations », selon Dawid Wolde Giorgis, de l’Institut international pour la sécurité à Addis-Abeba.

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :