EconomieMaghreb

Concertation Mauritanie / Banque Mondiale : Santé, Education et Etat civil au menu

La coopération entre la Mauritanie et le Groupe de la Banque Mondiale se porte bien. C’est ce qui ressort de la réunion de concertation entre les deux parties, qui s’est tenue ce lundi 11 mars à Nouakchott dans les locaux du Ministère de l’économie et des finances.

Concertation Mauritanie / Banque Mondiale :

Santé, Education et Etat civil au menu

Nouakchott par : Bakari Guèye  

La coopération entre la Mauritanie et le Groupe de la Banque Mondiale se porte bien. C’est ce qui ressort de la réunion de concertation entre les deux parties, qui s’est tenue ce lundi 11 mars à Nouakchott dans les locaux du Ministère de l’économie et des finances.

Cette rencontre qui entre dans le cadre de la concertation périodique entre la Mauritanie et le Groupe de la Banque Mondiale, a été consacrée au passage en revue des premiers résultats de deux études portant sur l’accès des citoyens Mauritaniens les plus vulnérables aux services de santé et d’éducation ainsi qu’à ceux de l’état civil.

S’exprimant à cette occasion, le Ministre de l’économie et des finances M. Moctar Ould Diay, a apprécié hautement le niveau de la coopération existant entre la Mauritanie et le Groupe de la Banque Mondiale, remerciant ce Groupe pour l’appui efficace et diversifié accordé à la Mauritanie.

Il a indiqué que les secteurs de la santé et de l’enseignement ont connu, dans le cadre des réformes et de la modernisation, une dynamique jamais vue auparavant qui s’est concrétisée dans l’orientation de grands investissements annuels dans ces deux secteurs, passant en revue les réalisations accomplies à leur niveau. C’est ainsi que les services de santé ont été améliorées et leur coût réduit en plus de leur rapprochement des citoyens à travers la multiplication des infrastructures de santé : hôpitaux spécialisés ; centres hospitaliers ; le recrutement de grands effectifs de médecins, d’infirmiers et l’acquisition d’équipements et de matériel médical moderne.

Côté éducation, l’offre a été augmentée, la qualité améliorée et nombre de mesures ont été prises pour relever les taux d’achèvement des études, de l’élargissement de leur accès à tous les niveaux et diminuer les différences entre les élèves liées à leur milieu et à leurs conditions économiques et sociales.

L’Agence Nationale des Titres Sécurisés offre un état civil biométrique moderne et sûr, relevant que cette institution opère dans les milieux urbain et rural services mais aussi à l’étranger et a été dotée des expertises humaines nécessaires et des moyens techniques et matériels requis pour accomplir sa mission dans les meilleures conditions.

Le Ministre a précisé que les transformations que le pays a connues la décennie écoulée, ont couvert les domaines économiques et le climat des affaires, afin de diversifier l’économie, d’appuyer la compétitivité, notant que la consécration du libéralisme économique et l’encouragement des investissements se réalisent à travers une stratégie du développement du secteur, de promotion de la compétitivité et de la productivité des PMI/PME, la révision du code des marchés publics et de celui des investissements pour qu’ils stimulent les investissements nationaux et étrangers directs.

Pour sa part, Mme Louise Cord, directrice des opérations chargée de la Mauritanie à la Banque Mondiale, a loué les performances du gouvernement Mauritanien en matière économique et financière, notant qu’elle est honorée de participer aux discussions portant sur la SCAPP et les objectifs du développement de la BM en matière de lutte pour le recul de la pauvreté, insistant sur l’investissement dans les ressources humaines et la création d’un cadre stimulant le secteur privé, conditions sine qua non du développement global.

Elle a ajouté que l’option prise par la Mauritanie dans ces deux domaines était bien inspirée, félicitant le gouvernement pour le taux de croissance réalisé de 5,5%.

Notons que le portefeuille du Groupe de la Banque mondiale en Mauritanie comprend 8 opérations financées par l’IDA, dont 5 projets régionaux et un mécanisme de garantie, représentant un engagement total de 370,3 millions de dollars.

B.G

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :