AlgérieNews

Communication : On efface et on recommence avec l’ancien !

Communication : On efface et on recommence avec l’ancien

Par : Abdelkader DJEBBAR

L’ancien est parti ! Le nouveau est arrivé ! Alors tout ou presque tout, change du jour au lendemain. Tout le monde se rend compte que l’ancien était dans l’erreur et tout le monde pense que le nouveau a raison jusqu’au moment où l’on redistribuera les cartes ! Même avec des atouts réduits à leur plus simple expression. Ce qui arrive ces jours-ci au ministère de la Communication n’est pas nouveau. Mais on persiste à vouloir « réviser l’arrêté relatif à l’appel à candidature pour l’octroi d’autorisations de création de 3 chaînes de télévision thématiques. Et au ministre Djamel Kaouane de préciser «  que la révision de l’arrêté en question se fera de concert avec les «acteurs concernés». Selon le ministre, l’objectif gagé de cette révision n’est autre que celui mettant en relief la nécessité «de répondre aux exigences du développement du paysage médiatique audiovisuel d’aujourd’hui».

Il tiendra d’ailleurs à souligner que «c’est en réponse aux sollicitations et aux remarques de la grande famille de l’audiovisuel algérien que l’arrêté d’appel à candidature sera revu, puisque nous avons pris en compte leurs formulations». L’arrêté en question portant lancement de l’appel à candidature pour l’octroi d’autorisations de création de services de diffusion télévisuelle thématiques a été publié au Journal officiel.

Il a été lancé pour l’attribution de 7 autorisations pour la création de sept services de diffusion télévisuelle, aux thématiques liées aux actualités politiques, économiques, sociales (programmes composés d’informations, reportages, analyses et commentaires, débats et conférences, culture, jeunesse, art culinaire, découvertes, séries et divertissements, sports). De l’avis de M. Kaouane, cet arrêt, tel qu’il a été émis, «ne répond pas aux ambitions et aux avancées déjà accomplies par les médias audiovisuels algériens».

Le ministre a par ailleurs expliqué que si la Chaîne 3 de la Radio nationale et Canal Algérie ne sont par concernées par l’expression directe des candidats, comme c’était le cas auparavant, cela ne relève pas du tout d’une «exclusion» de ces deux support médiatiques. Pour cause, dans le cadre de l’expression directe, la loi recommande l’utilisation des deux langues nationales et officielles, a-t-il expliqué. «Il existe d’autres segments pour contribuer à la campagne électorale», a-t-il ajouté citant, entre autres, les différentes émissions, les reportages et les couvertures.

Interpellé par une journaliste de la Radio nationale sur le «blocage» de l’évolution de carrière dans leur entreprise, M. Kaouane a appelé au «dialogue et la concertation» entre les différentes parties, ajoutant : «adressez-moi toutes les correspondances nécessaires. Il faut que je connaisse l’information, nous étudierons cette question avec sérieux avec toutes les parties concernées».

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :