AnalyseNewspolitiqueRevue de presse

Comme d’autres, Mokri caresse l’ambition d’un destin national

Malgré les précautions qu'il prend à ne pas apparaître avoir décidé d'être partant pour l'élection Présidentielle de décembre prochain, Abderrazak Mokri, le chef du Parti islamiste MSP, fait tout pour être dans les starting-blocks de départ de cette contestée et controversée compétition électorale.

Comme d’autres, Mokri caresse l’ambition d’un destin national

Oran par : Kharroubi Habib

Malgré les précautions qu’il prend à ne pas apparaître avoir décidé d’être partant pour l’élection Présidentielle de décembre prochain, Abderrazak Mokri, le chef du Parti islamiste MSP, fait tout pour être dans les starting-blocks de départ de cette contestée et controversée compétition électorale.

Ce qui renforce la conviction qu’il a bel et bien l’intention d’y prendre part est le fait que ses critiques sur la décision du pouvoir d’organiser cette élection sans faire droit aux conditions mises à leur participation par son Parti et ceux signataires avec lui de la plateforme dite de Aïn Benian se sont faites moins radicales et ne prêtent plus à considérer que le MSP va boycotter le scrutin du 12 décembre.

Mokri en est venu même à se montrer conciliant à l’égard du pouvoir auquel il a adressé le message qu’il peut compter sur la compréhension de son Parti et sur sa contribution à l’aboutissement d’un consensus national avant la Présidentielle qui rendrait celle-ci crédible pour le peuple Algérien. Sauf que le pouvoir qu’il appelle à emprunter cette voie proclame et martèle à travers ses symboles et décideurs ainsi que les médias qu’il contrôle et oriente que ce consensus national est réalisé et fonde sa décision de l’organisation de l’élection Présidentielle.

Abderrazak Mokri qui est parfaitement renseigné que le pouvoir a irrévocablement décidé de s’en tenir au calendrier électoral dont son homme fort le vice-Ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée a dicté le timing, persiste à entretenir un faux suspens sur la position finale qu’arrêtera son Parti concernant l’échéance électorale.

A tort ou à raison, il semble convaincu qu’en entretenant le flou sur celle-ci il exercerait une pression sur le pouvoir qui l’amènerait à faire les gestes d’apaisement sans lesquels son processus électoral risque d’avorter.

C’est pourtant sur une tout autre attitude que campe le pouvoir incarné par Ahmed Gaïd Salah à déclamer que les conditions sont réunies qui font que l’opposition n’a pas à craindre que le scrutin projeté soit entaché d’irrégularité et de non-transparence. Mieux ou plutôt pire, ce même pouvoir a donné un tour de vis à sa politique de répression contre les voix discordantes qui fustigent sa feuille de route et le côté hussard et intransigeant de sa mise en œuvre. Un tour de vis qui a verrouillé encore davantage l’accès pour ces voix aux médias publics et privés qu’il contrôle.

Autant d’indices qui montrent que le pouvoir plutôt que de chercher l’apaisement, fait monter les tensions dont il pourrait prendre prétexte pour faire taire la contestation. Ce qui ne va probablement pas dissuader le leader islamique de persister dans son intention d’être partant pour une élection organisée dans ces conditions.

Tout comme les autres chefs de Partis qui sont dans la même intention que lui, Abderrazak Mokri s’estime avoir un destin national et que le contexte et les bouleversements que la révolution populaire du 22 février a occasionnés au pays lui permettront de réaliser. Faut-il encore qu’il parvienne à en convaincre les millions d’Algériens qui marchent depuis 31 semaines pour dire non à l’élection Présidentielle aux conditions du pouvoir de fait qui reste sourd à leurs revendications.

KH.H

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :