Cirelli sur la tragédie en Indonésie : « Le fan a mangé le fan ».

Le monde du football a été choqué la semaine dernière par la malheureuse tragédie survenue en Indonésie, où les joueurs ont été tués. Au total, 131 personnes sont mortes à la suite d’incidents survenus lors du derby entre Arema FC et Persebaya Surabaya.. Environ 3 000 supporters d’Arema ont envahi la pelouse du stade de Karnjurhan après la défaite de leur équipe (3-2). La plupart des victimes ont été tuées après la réaction de la police.

Ancien joueur argentin Marcelo Cirelli a fait un passage à Persebaya lors de la saison 2009-2010. Il est né à Chivilcoy. À l’âge de 12 ans, il a commencé sa carrière de jeune footballeur avec River, en tant que défenseur. Il avait une longue carrière dans le football malaisien et indonésien. (Johor, Kuala Lumpur, Persidafon Dafonsoro, entre autres).

A l’âge de 25 ans, il a joué pour Surabaya, l’équipe qui a remporté le derby à l’extérieur après 23 ans.. Olé a eu la chance de s’entretenir avec lui après la tragédie et l’ancien sportif nous a raconté comment il avait découvert cet événement, la culture des supporters dans le pays asiatique et son expérience du football indonésien.

– Comment avez-vous entendu parler de la tragédie ?

– Je l’ai découvert grâce à des messages d’anciens joueurs qui étaient mes coéquipiers. J’ai pu m’entretenir avec des responsables de Persebaya, des membres du personnel d’encadrement et des joueurs.. Par la suite, j’en ai lu davantage sur les médias sociaux et dans les journaux.

Les supporters du Arema FC entrant sur le terrain (Antara Foto/Ari Bowo Sucipto/via REUTERS)

Les supporters du Arema FC sont entrés sur le terrain de jeu (Antara Foto/Ari Bowo Sucipto/via REUTERS)

– Quelle a été votre réaction à cet événement ?

Cela me peine beaucoup que cela se produise, car c’est une tragédie horrible.. C’était un impact fort et dur car je connais le football asiatique depuis de nombreuses années. Lorsque je suis arrivé en Malaisie en 2005, il n’y avait pas de hooligans et les supporters étaient très passionnés. Aujourd’hui, cette situation a beaucoup changé. Le fanatique a mangé le fan et c’est le football qui perd.. Avant, le joueur savait que s’il donnait tout pour gagner, quel que soit le résultat, il pouvait vivre l’esprit tranquille. Aujourd’hui, le souci est que les supporters mettent un peu plus de pression après un match.

– Ces conflits entre supporters sont-ils courants en Indonésie ?

– Depuis 2005, où j’ai joué trois ans en Malaisie et cinq ans en Indonésie, rien de tel n’est arrivé. Ces conflits ne sont pas habituels. Ils sont très fanatiques, mais en général, il n’y a pas d’invasion sur le terrain. La réalité est que personne n’est prêt à être envahi par des milliers de personnes. Par politique et par conviction, on croit beaucoup à la répression face à l’inconduite. Le policier est une personne qui prend son travail très au sérieux. C’est une source de fierté pour eux. Ils sont entraînés, mais cette fois, il a été impossible d’arrêter les fans.

– Quel souvenir gardez-vous du classique entre Persebaya et Arema ?

-La rivalité est uniquement sportive, il n’y a pas de différend politique. C’est un classique entre deux très grandes équipes, avec des millions de fans et de supporters dans toute l’Asie. Ils viennent de nombreux endroits pour assister à ce match. Il y a toujours une énorme opération de sécurité et à Malang, la ville où se joue le match, toutes les écoles et les réunions sociales sont totalement interdites parce que toute la sécurité est concentrée pour le derby.. Le transfert des joueurs de l’hôtel au stade se fait dans des véhicules blindés de l’armée car ils vous jettent constamment du fer et des pierres.

– Comment vivez-vous le football en Indonésie ?

-Il est vécu avec la même intensité qu’en Argentine et parfois même plus. Il y a beaucoup de fanatisme et de passion. Au-delà de cette tragédie malheureuse, il y a de nombreux fans qui sont fidèles à leur équipe et qui travaillent dur pour acheter un billet et se privent de beaucoup de choses dans leur vie privée pour pouvoir le payer. D’un autre côté, quand vous jouez à l’extérieur, ils vous le font sentir.

– Comment avez-vous fait face à la pression des fans ?

Lire aussi:  Costa Rica : déjeuner prolongé pour suivre les play-offs et la confiance du Président

-J’étais capitaine de Persebaya et je devais discuter avec eux ou participer à des réunions avec les dirigeants du club ainsi qu’avec le club des supporters. Au début, j’étais hésitant et j’avais peur, mais avec le temps, on devient plus fort et je l’ai pris comme faisant partie du travail. Je devais aller de l’avant. Dieu merci, je n’ai pas eu à vivre une situation semblable à celle-ci, mais j’ai dû faire face à une forte pression de la part du club des supporters.

Cirelli a joué pour Persebaya en 2009-10 (@juanmarcelocirelli)

Cirelli a joué pour Persebaya lors de la saison 2009-10 (@juanmarcelocirelli).

– Comment décririez-vous votre séjour dans ce club ?

– C’était un énorme saut de qualité en tant que personne et en tant que professionnel. Cela a réveillé une partie de moi en tant que leader qui n’était pas aussi développée. J’ai appris à gérer des situations, qui peuvent être extrêmes pour certains, de manière naturelle.

Marcelo Cirelli célèbre un but de Persebaya avec un coéquipier (@juanmarcelocirelli)

Marcelo Cirelli célèbre un but de Persebaya avec un coéquipier (@juanmarcelocirelli).

– Comment la ligue indonésienne se poursuit-elle après cet événement ?

Logiquement, il y a une pause pour les victimes et Arema FC jouera le reste de la saison à huis clos. Ils ne pourront probablement pas non plus utiliser le stade de Karnjurhan et devront peut-être jouer dans une autre ville. Aucune autre sanction ne peut être imposée au club car les joueurs et les officiels ne sont pas à blâmer pour cela. Cependant, toute punition ne sera jamais considérée comme une justice, car avec cette tragédie, nous avons tous perdu.

Related articles

Share article

Derniers articles

Comment jouer au blackjack ?

Le blackjack est un jeu de cartes très prisé aussi bien dans les établissements de jeux en ligne que physiques. À l’instar des autres...

La toujours belle Eva Mendes a une « mauvaise journée capillaire » sur des photos Insta.

La toujours belle Eva Mendes a une "mauvaise journée capillaire" sur les photos Insta ... du moins c'est ce...

La bande-annonce IMAX « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania » en dit plus sur le petit super-héros.

Il y a quelques jours, la nouvelle bande-annonce du film Marvel Ant-Man and The Wasp : Quantumania a été...

Les Huit Montagnes » conquiert les cœurs des salles d’art et d’essai en Belgique et aux Pays-Bas

L'année écoulée a été un grand succès pour le cinéma belge. Après Zillion et Fermer Les chiffres de fréquentation...

Ce film de premier ordre que personne ou presque ne connaît, mais qui vaut vraiment la peine d’être vu.

Pendant 4 ans, Leonardo DiCaprio a été avec la très belle Camila Morrone. Cependant, elle est bien plus qu'un...