ChineNewsRevue de presseSanté

Chine : Coronavirus : le médecin qui avait lancé l’alerte vient d’en mourir

Le Dr Li Wenliang est décédé le 6 février 2020 des suites du coronavirus 2019-nCoV. Il était l’un des premiers lanceurs d’alertes sur l’épidémie, et s’était fait censurer par la police. Sa mort a provoqué une véritable fronde populaire en Chine.

Chine : Coronavirus : le médecin qui avait lancé l’alerte vient d’en mourir

Par : Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé

Le Dr Li Wenliang est décédé le 6 février 2020 des suites du coronavirus 2019-nCoV. Il était l’un des premiers lanceurs d’alertes sur l’épidémie, et s’était fait censurer par la police. Sa mort a provoqué une véritable fronde populaire en Chine.

Le médecin Chinois Li Wenliang est mort du coronavirus 2019-nCoV ce jeudi 6 février 2020, nous informe un communiqué diffusé sur le réseau social Weibo. Il était l’un des premiers à avoir tenté d’alerter la communauté médicale sur la dangerosité du virus, ce qui lui avait valu de se faire arrêter.

Le médecin Chinois Li Wenliang est mort du coronavirus 2019-nCoV ce jeudi 6 février 2020, nous informe un communiqué diffusé sur le réseau social Weibo. Il était l’un des premiers à avoir tenté d’alerter la communauté médicale sur la dangerosité du virus, ce qui lui avait valu de se faire arrêter.

illégaux”. Malgré le sentiment d’impuissance auquel il est confronté, il retourne travailler. “Je ne pouvais rien faire. Ici, tout doit respecter la ligne officielle”.

Le lanceur d’alerte, lui-même contaminé par 2019-nCoV

Mais le 10 janvier, tout bascule : Li commence à tousser et, dès le lendemain, développe une forte fièvre. Peu de temps avant, il avait ausculté, sans le savoir, un patient atteint de coronavirus. Le médecin est hospitalisé le 12 janvier, et son état se dégrade très rapidement, au point qu’il est ensuite transféré en unité de soins intensifs. Le 1er février, ses tests révèlent qu’il est atteint du coronavirus 2019-nCoV.

Le diagnostic de Li a déclenché une vague d’indignation à travers la Chine, où de nombreuses personnes se sont élevées contre la censure de l’État sur la maladie, et son retard à prévenir le public contre ce virus mortel.

Coronavirus : la population chinoise dénonce la censure du gouvernement

Dans une interview accordée à CCTV le 27 janvier, le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a reconnu que son gouvernement n’avait pas divulgué d’informations sur le coronavirus « en temps opportun« . Il a également expliqué qu’en vertu de la loi chinoise sur les maladies infectieuses, le gouvernement local doit d’abord signaler l’épidémie aux autorités sanitaires nationales, puis obtenir l’approbation du Conseil des affaires d’État avant de pouvoir faire une annonce.

« En ce qui concerne cette divulgation tardive, j’espère que tout le monde peut comprendre qu’il s’agit d’une maladie infectieuse et que les informations pertinentes doivent suivre des canaux spécifiques pour être dévoilées de façon conforme à la loi« , a-t-il ajouté.

La Cour Suprême reporte la faute sur la police locale de Wuhan

Face à la colère grandissante du grand public, la Cour Suprême de Chine a décidé de faire porter le blâme sur la police de Wuhan, pour avoir muselé les premiers lanceurs d’alerte. “Nous aurions pu avoir une chance de contenir le nouveau coronavirus, si le public avait écouté cette rumeur à l’époque, et adopté des mesures telles que le port de masque, la désinfection et avait cessé de se rendre au marché d’animaux”.

Cédant à la pression, la police de Wuhan a publié un communiqué le lendemain, affirmant que les huit médecins en question n’avaient été accusées que de délits “particulièrement mineurs” pour avoir diffusé “des informations non-vérifiées”. Ils ont précisé que ces derniers avaient simplement été convoqués pour un entretien et n’avaient pas été détenus ni condamnés une amende.

Li Wenliang est mort du coronavirus le 6 février 2020

Ainsi réhabilité, l’histoire aurait pu bien se finir pour Li Wenliang. Malheureusement, un communiqué publié hier sur le réseau social Weibo nous apprend que l’ophtalmologue lanceur d’alerte est décédé du coronavirus. Depuis plusieurs jours, ce dernier était dans un état critique, mais l’hôpital central de Wuhan avait affirmé que le personnel faisait “de son mieux pour le réanimer”.

L’annonce de sa mort a provoqué un tollé en Chine. Elle est même devenue l’un des sujets les plus commentés sur Weibo. “C’est un héros qui a donné l’alerte au prix de sa vie”, écrit notamment l’un de ses confrères wuhanais. D’autres internautes ont partagé des dessins représentant Li bâillonné par des barbelés. Les commentaires indignés pleuvent, souvent rapidement effacés par la censure.

Dans le but d’apaiser la révolte, le Parti communiste chinois a annoncé ce vendredi 7 février 2020 l’ouverture d’une “enquête exhaustive sur les circonstances entourant le Dr Li Wenliang, telles qu’elles ont été rapportées par les masses”.

Source : Medisite 07/02/2020

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :