FranceNewspolitiqueRevue de presse

Castex réussira-t-il à déminer une réforme des retraites plombée ?

Le Premier Ministre reçoit les partenaires sociaux à Matignon pour remettre sur la table cette réforme massivement rejetée par les Français.

Castex réussira-t-il à déminer une réforme des retraites plombée ?

Par : Anthony Berthelier

Le Premier Ministre reçoit les partenaires sociaux à Matignon pour remettre sur la table cette réforme massivement rejetée par les Français.

POLITIQUE – Premier crash-test. À peine nommé, Jean Castex s’attaque à la périlleuse réforme des retraites, mise en suspend par la crise du coronavirus. Après avoir joué son va-tout dans le Ségur de la santé, dossier social du moment, voilà que le nouveau Premier ministre commence à recevoir ce jeudi 9 juillet l’ensemble des partenaires sociaux à Matignon.

Le chef du gouvernement entend, avec ces rencontres qui se dérouleront jusqu’au lendemain, prendre le pouls des syndicats à moins d’une semaine de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Et notamment remettre la refonte du système des retraites sur la table. Il l’avait annoncé dès sa première intervention en tant que Premier ministre sur TF1, avant de le confirmer sur BFM puis devant le Parlement. Une première épreuve de taille pour un homme loué par son sens du dialogue et de la concertation.

Ne pas réformer les retraites ? “Irresponsable” pour Castex

Car Jean Castex l’a dit, mercredi devant le Sénat : “Refuser de parler des retraites lorsque l’équilibre des comptes, et donc la sauvegarde du système actuel se trouve compromise, serait irresponsable”, selon lui.

Dans la matinée, lors d’un entretien à la télévision, il avait déjà indiqué qu’il souhaitait réunir “ensemble” les partenaires sociaux “avant le 20 juillet”, après les avoir reçus séparément jeudi 9 et vendredi 10, afin d’“arrêter une méthode et un calendrier”.

Puis, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a précisé qu’il aborderait séparément la question du “futur régime universel”, “avec en toile de fond le devenir des régimes spéciaux”, et celle du “financement du système actuel”. La “réforme de fond, à laquelle nous ne renoncerons pas”, sera séparée “des dispositions qu’il y a lieu de prendre pour sauvegarder le système actuel”, a-t-il détaillé, évoquant un “sujet de plus court terme” face aux députés de gauche qui lui demandaient de renoncer.

Interrogé sur le fait de savoir s’il comptait allonger la durée de cotisation, Jean Castex a répondu : “Moi je ne commence pas un dialogue et une concertation en donnant une solution avant de commencer”.

De la “rondeur” pour déminer le sujet ?

Recul de l’âge pivot ou non, le dossier est brûlant pour les syndicats et la gauche qui plaident pour un report sine die, voire un abandon.

“Ressortir le dossier de la réforme universelle à points (…) franchement c’est de la provocation, tout le monde est contre”, résumait le président de la CFE-CGC François Hommeril mercredi sur BFM Business à propos de ce dossier plombé. Massivement opposés à cette refonte du système, les Français avaient défilé dans les rues à de nombreuses reprises. Avocats, danseurs, pompiers, policiers, hospitaliers, enseignants, bibliothécaires… nombreux corps de métier s’étaient alors mobilisés pour faire échouer le gouvernement, tandis que le Conseil d’État s’était attaché à fustiger, dans les grandes largeurs, le projet de la majorité.

Si bien que ce n’est finalement qu’à la faveur de l’article 49 alinéa 3 de la Constitution que le projet avait été adopté à l’Assemblée nationale. Pour éviter un tel passage en force, Jean Castex va donc visiblement devoir déployer des trésors de rondeur et de patience. Mais beaucoup de ceux qui ont travaillé avec lui estiment qu’il est le mieux placé.

Le nouveau Premier ministre, qui ne cesse de se présenter lui-même comme “un homme de dialogue”, est en tous cas précédé d’une réputation flatteuse de “super négociateur”, selon un ancien de ses collaborateurs au cabinet de Xavier Bertrand, que Jean Castex a dirigé du ministère de la Santé au Travail. “Il pose toutes les données de l’équation, c’est toujours très cash, mais comme c’est dit avec sa rondeur, avec cet accent, ça le rend sympathique”, explique cette source à l’AFP.

Jean-Claude Mailly, ancien secrétaire général de Force ouvrière, tresse-lui aussi des lauriers au nouveau Premier Ministre qui “va toujours essayer de discuter, rassembler tout le monde autour de la table et trouver le point qui permette le plus large compromis”. “Pour lui, c’est pas de la com, c’est pas du bluff”, certifie-t-il.

Agenda social chargé

Même chose du côté du patron de la CFDT Laurent Berger : “Il est réputé dans le milieu syndical, plutôt apprécié, parce que dans les fonctions qu’il a occupées il a toujours privilégié le dialogue.”

Preuve de sa bonne volonté ? Jean Castex s’est invité, mardi soir, dans les négociations du Ségur de la Santé pour annoncer une rallonge d′1,5 milliard d’euros pour la rémunération des soignants. Il a également, et ce n’est pas anecdotique, mis sur la table la question des créations de postes à l’hôpital. Une revendication partagée par de nombreux syndicats, qui plus est au sortir de la crise du coronavirus, qui n’avait jamais trouvé d’écho gouvernemental jusque-là.

Rencontres avec les partenaires sociaux, nouvelles promesses… ces “mains tendues”, selon les mots de Jean Castex mercredi, sont autant de signaux envoyés alors que d’imposants chantiers se profilent. Après le Ségur de la Santé viendra donc la réforme des retraites puis l’application d’un volet polémique de l’assurance chômage.

Premier changement : ces discussions se feront avec tous les syndicats, dont Solidaires, écarté des négociations par Édouard Philippe depuis l’été 2018. Selon une journaliste du Monde, Jean Castex recevra vendredi, les dirigeants de l’organisation qui appelle à “prendre la Bastille” lors du 14 juillet prochain.

Source : HuffPost 09/07/2020

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :