AFRIQUENews

Burkina Faso : le gouvernement déterminé à vaincre le terrorisme

Ouagadougou - Le gouvernement Burkinabè a réaffirmé sa ferme volonté de soulager les souffrances des personnes affectées par les attaques terroristes qui ont fait plusieurs morts et appelé les Burkinabè à soutenir les forces de sécurité pour vaincre le terrorisme.

Burkina Faso : le gouvernement déterminé à vaincre le terrorisme

Ouagadougou – Le gouvernement Burkinabè a réaffirmé sa ferme volonté de soulager les souffrances des personnes affectées par les attaques terroristes qui ont fait plusieurs morts et appelé les Burkinabè à soutenir les forces de sécurité pour vaincre le terrorisme.

Dans un communiqué du Service d’information du gouvernement (SIG) mercredi, le gouvernement s’est engagé à « soulager les souffrances des personnes durement affectées par ces attaques terroristes appelant au sens élevé de responsabilité de chaque burkinabè pour la victoire ».

Selon la même source, une délégation du Ministère en charge de l’action humanitaire a ramené mardi de Arbinda (Sahel) des enfants orphelins dont la tranche d’âge est comprise entre deux et 59 mois, désormais installés à l’Hôtel maternel à Ouagadougou y reçoivent une prise en charge appropriée ».

Mardi, dans son message du Nouvel An, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé les populations à soutenir les forces de défense et de sécurité, soulignant que bientôt le Burkina Faso arrivera à bout du terrorisme.

« La victoire du peuple Burkinabè sur le terrorisme est certaine parce que nous avons foi en notre unité face à l’adversité, foi en notre détermination inébranlable », a déclaré le Président Kaboré, dont le pays est confronté à des attaques terroristes récurrentes ayant fait près 750 morts et 560.000 déplacés depuis 2015.

Dans la nuit du 24 décembre, 35 civils et sept soldats ont été tués dans la ville d’Arbinda, dans le nord du pays, l’attaque la plus meurtrière subie par le Burkina Faso depuis le début des violences terroristes il y a cinq ans.

Le chef de l’Etat Burkinabè a en outre estimé que la victoire sur le terrorisme ne se fera pas seulement sur le plan militaire. Elle doit être gagnée également sur le plan du développement, soulignant les « efforts » des cinq pays Sahéliens alliés contre les terroristes (Tchad, Niger, Burkina, Mali, Mauritanie) « pour la montée en puissance d’une force militaire conjointe, de concert avec tous nos alliés internationaux, dans la lutte contre le terrorisme et pour le développement au Sahel ».

Depuis deux mois, les forces de défense et de sécurité Burkinabè ont revendiqué une série de succès, affirmant avoir tué une centaine de terroristes au cours de plusieurs opérations, cependant ils ne parviennent pas a enrayer les violences terroristes, qui se multiplient dans une large partie du Burkina Faso. Le Nord et l’Est du pays sont particulièrement touchés. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises.

Les attaques se poursuivaient mardi à Djibo chef-lieu de la province du Soum, dans le nord du Burkina Faso, lorsqu’un gendarme a été tué par des individus armés, dans une attaque contre la brigade de gendarmerie. La « riposte a permis de neutraliser plusieurs terroristes », indiquent des sources sécuritaires.

Djibo a été la cible de plusieurs attaques terroristes. Début novembre, son député-maire et trois de ses compagnons avaient été tués dans une embuscade sur la route Djibo-Namssiguia.

Nécessité d’une mobilisation régionale et internationale

Toute la région du Sahel, en particulier le Mali, le Burkina Faso et le Niger, est confrontée à des attaques terroristes, que ces pays peinent à enrayer, malgré un fort soutien international.

Un appel au renforcement de la coopération militaire dans le cadre du G5 Sahel et à la mise en place d’une large alliance internationale, a été lancé pour lutter contre le terrorisme au Sahel, réaffirmant la nécessité d’une mobilisation régionale et internationale, au lendemain de la double attaque perpétrée au Burkina Faso.

Cette attaque a été vivement condamnée par la communauté internationale, notamment l’ONU qui a transmis sa solidarité au peuple burkinabè et réitéré le soutien de l’organisation au gouvernement du Burkina Faso et aux autres pays du Sahel dans leurs efforts contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

L’Algérie a aussi condamné « avec force » l’attaque terroriste au Burkina-Faso, réaffirmant sa solidarité au gouvernement et au peuple burkinabés, et exprimant la certitude que les Burkinabè « sauront trouver l’énergie et la détermination nécessaires pour combattre et venir à bout de ce fléau ».

L’Union Européenne (UE) a également réitéré son soutien sans faille dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso comme dans le reste du Sahel, Soulignant que la réponse sécuritaire est « indispensable », l’UE a indiqué qu’elle « continuera à accompagner le gouvernement burkinabé sur chacun de ces aspects », appelant à une plus grande mobilisation en faveur de la sécurité au Sahel.

Aps

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :