AlgérieFranceNews

Bordeaux : L’« Espace Culturel des Deux Rives » : 
Dire et raconter l’histoire

Bordeaux – Cenon


L’« Espace Culturel des Deux Rives »

Dire et raconter l’histoire

Par Fayçal Charif



Ecouter, conseiller et soutenir les algériens se trouvant sur le territoire de la Gironde, tel est le souci premier de l’association « Espace Culturel des Deux Rives ». Avec des objectifs d’ordre culturel qui touchent à l’histoire et par la force des choses et des faits, l’association s’est portée vers d’autres horizons qui ont fait d’elle, l’une des associations les plus en vue à Bordeaux.

L’« Espace Culturel des Deux Rives » est une association basée à Bordeaux, dans localité de Cenon, à quelques petits arrêts de bus de la grande ville de la Garonne. Ses activités, qui ont un écho dans toute la Gironde, ont pour objectifs de promouvoir la culture et le patrimoine algérien et Français, et aussi raconter l’histoire commune et tragique des deux pays et des deux peuples.
Cette association bordelaise, créée et gérée par une algérienne, Fadila Kellala qui en est la présidente, fait parler d’elle depuis déjà quelques années. Dotée d’une détermination sans faille et d’un savoir faire qui lui a valu le soutien et le respect de sa ville, Cenon, et celle du Consulat d’Algérie à Bordeaux, Fadila, femme intègre et engagée propose à travers son association une nouvelle approche de l’histoire de l’Algérie et de la France : La quête des vérités historiques.
Après un mois de mars riche en rencontres et fort en émotions autour de l’exposition « Djamila, Evelyne et tant d’autres… » représentant les portraits de femmes Moudjahidate, la diffusion du film « 10949 Femmes », une soirée algérienne et une sieste musicale consacrée aux chanteuses algériennes, l’association monte au créneau à nouveau à travers une action qu’elle organise autour des massacres du 8 mai 1945 dans le Constantinois en Algérie. La manifestation aura lieu samedi 6 mai prochain à 19h à la salle Simone Signoret à Cenon.
« Si cette action est menée, c’est pour mieux comprendre cette tragédie, explique Fadila Kellala, et pour mettre a nu la répression policière de l’administration coloniale en réponse à une manifestation pacifique, dénoncer la torture et les coups mortels (pour montrer puissance et supériorité), mais aussi expliquer la récente reconnaissance en demi-teinte de ces événements ».
Au programme, un film documentaire : « L’Autre 8 mai 1945. Aux origines de la guerre d’Algérie » réalisé en 2008 par Yasmina Adi (52mn) et une conférence d’Olivier Le Cour Grandmaison, politologue et spécialiste de la colonisation, co-fondateur en 2015 du collectif « Pour la reconnaissance des crimes coloniaux ». Il est également Maître de conférence en sciences politiques à l’université d’Every-Val d’Essone, et enseigne au Collège International de philosophie.
L’équipe de l’association ne chôme pas, elle travaille déjà sur la programmation de la rentrée et souhaite développer des partenariats pouvant donner plus de sens pédagogique à ces rencontres jusque là éphémères.
La page facebook de l’association

https://www.facebook.com/espacecultureldeuxrives

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :