CultureFranceNews

Bordeaux : Festival International du Film Indépendant (FIFIB)

Bordeaux : Festival International du Film Indépendant (FIFIB)

Le jeune cinéma algérien sur les rives de la Garonne

Bordeaux : par Fayçal Charif

Une belle semaine culturelle à Bordeaux autour du très prisé « Festival International du Film Indépendant » qui se tient dans la ville de l’Aquitaine pour sa 5e édition. Le septième art se pose et s’expose cette année du 13 au 19 octobre pour le plaisir de l’art et pour la magie de l’image.

Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux a pris la belle habitude d’être un programme d’événements culturels programmés par l’équipe du festival. Connu à travers une programmation mobile, éclectique autour d’un socle : le cinéma indépendant. Il offre au spectateur une équation en miroir : « quelque chose » (plus) le cinéma ou le cinéma (plus) « quelque chose ». C’est le crédo des organisateurs.

Si le festival se construit toujours sur des partenariats, il faut rendre un vibrant hommage aux initiateurs et animateurs de cet événement qui ne laisse pas indifférent. L’approche consiste à proposer le cinéma comme une projection hors les murs d’une proposition artistique globale dans un lieu décalé. Elle s’inscrit dans l’idée que le cinéma est un art accessible à tous, et dans un monde où les images se consomment à longueur de jour. Les organisateurs proposent au spectateur « de retrouver le goût de l’image en grand ».

C’est bien clair, le FIFIB défend un idéal, celui du cinéma indépendant mondial et rend compte de toutes les formes d’indépendances. Il a une ligne éditoriale innovante et pluridisciplinaire avec des représentants prestigieux du cinéma mondial, mais aussi des artistes contemporains. Les faiseurs, les partenaires et les acteurs de ce festival, se mobilisent pour défendre l’indépendance d’esprit et de création.

Tout au long de ses cinq jours, plus de 50 projections de films sont au menu, mais également des rencontres, des masterclass, des concerts et des expositions qui auront lieu Cour Mably, à l’Utopia, au Théâtre Trianon et au Rocher de Palmer.

Focus jeune cinéma algérien

Lors de cette édition, le cinéma algérien sera présent en « Hors Compétition » et mis en valeur avec six longs métrages sous le chaleureux titre « Focus jeune cinéma algérien ». A l’affiche : Alger, Après », « Kindil », « Dans ma tête un rond point », « Montréal la blanche », « Jardin d’essai » et « Samir dans la poussière ». A travers cet espace ouvert pour le jeune cinéma algérien, parfois oublié et souvent ignoré, le festival veut « montrer des œuvres où le poétique et l’artistique tranchent, transcendent le politique et les conditions complexes dans lesquelles ces oeuvres sont réalisées ».

Les films algériens :

Samir dans la poussière : Une traversée majestueuse de l’Algérie rurale.

Kindil : Une critique féroce de la violence faite aux femmes.

Jardin d’essai : Expression magnifique sur des des lieux magnifiques.

Alger, après : portrait saisissant de la capitale réalisé depuis l’habitacle d’une voiture.

Montréal la blanche : Une vue de l’Algérie depuis Montréal la Blanche.

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :