AFRIQUEMaghrebNews

Barrage Ethiopien de la Renaissance : réunion des Etats du Nil les 28 et 29 janvier

Les Etats du Nil (Egypte, Soudan, Ethiopie) devraient se réunir à nouveau les 28 et 29 janvier à Washington, après plus de deux mois de négociations, pour conclure un accord global sur les règles de remplissage et d'exploitation du "Barrage de la Renaissance" construit par Addis-Abeba sur le Nil bleu, au centre d'une querelle entre ces pays.

Barrage Ethiopien de la Renaissance : réunion des Etats du Nil les 28 et 29 janvier

Les Etats du Nil (Egypte, Soudan, Ethiopie) devraient se réunir à nouveau les 28 et 29 janvier à Washington, après plus de deux mois de négociations, pour conclure un accord global sur les règles de remplissage et d’exploitation du « Barrage de la Renaissance » construit par Addis-Abeba sur le Nil bleu, au centre d’une querelle entre ces pays.

L’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan ont entamé début novembre des négociations sur l’immense barrage éthiopien de « la Renaissance », sous la houlette des Etats-Unis et la banque mondiale. La dernière réunion a eu lieu mi-janvier entre les Ministres des Affaires étrangères et des Eaux des trois pays à Washington avec le Secrétaire Américain au Trésor et le Président de la Banque mondiale, en tant qu’observateurs du processus, durant laquelle ils ont salué des « progrès réalisés ».

Néanmoins, ils avaient annoncé une autre rencontre à la fin du mois courant (28 et 29 janvier) pour surmonter les « obstacles restants et parvenir à un accord global » sur le remplissage et la gestion du barrage et finaliser plusieurs points « techniques et juridiques ».

Le Nil bleu, qui prend sa source en Ethiopie, rejoint le Nil blanc à Khartoum pour former le Nil qui traverse le Soudan et l’Egypte avant de se jeter dans la Méditerranée, constitue le centre d’une querelle entre ces pays depuis près de 10 ans. L’un souhaite développer et accroitre la production d’électricité de son pays, l’autre, situé en aval, s’inquiète des conséquences sur le débit du fleuve.

Après neuf ans de négociations qui n’ont pas permis d’aboutir à un accord, les tractations se sont accélérées ces derniers mois sur la question-clé du remplissage du réservoir de la future digue, l’Egypte redoutant qu’un remplissage trop rapide n’affecte des millions d’Egyptiens pouvant manquer d’eau et avoir du mal à se nourrir.

Les parties sont alors parvenues à trouver un début de compromis relevant de la clause de « remplissage du réservoir du barrage », qui doit être confirmé lors de l’accord définitif.

Selon ce texte, le remplissage aura lieu « par étapes » de manière « coopérative », essentiellement pendant la saison des pluies de juillet-août, voire jusqu’en septembre si les conditions sont réunies. Cette phase cruciale prendra en compte « les conditions hydrologiques » et « l’impact sur les réservoirs en aval ».

La première phase de ce remplissage permettra de débuter la production d’électricité, mais des mesures seront prises pour « atténuer » les inconvénients pour l’Egypte et le Soudan « en cas de fortes sécheresses ».

« Barrage de la discorde »

Les relations entre l’Ethiopie et l’Egypte ont été très tendues depuis qu’Addis-Abeba a commencé en 2012 à construire le « Grand barrage de la Renaissance », aspirant à ce qu’il devienne la plus grande source d’hydroélectricité en Afrique avec une production de 6 000 mégawatts. Il doit permettre à l’Ethiopie de se développer sa production, dans un pays où la moitié des 110 millions d’habitants n’y a pas accès.

Ce projet de 4 milliards de dollars devrait commencer à produire de l’électricité d’ici la fin de l’année, avant d’être complètement opérationnel d’ici 2022. L’Ethiopie a commencé sa construction en 2011, sans consulter l’Egypte qui estime avoir des « droits historiques » sur le fleuve, garantis par des traités.

Le projet inquiète principalement l’Egypte car le fleuve sécurise 90% de son approvisionnement en eau potable et alimente son secteur agricole, évoque même une « menace existentielle ». Le Caire craint que le projet ne permette à l’Ethiopie de contrôler le débit du plus long fleuve d’Afrique.

Au cœur de la discorde, la vitesse de remplissage des bassins du barrage qui représentent 74 milliards de mètres cubes d’eau. L’Egypte redoute qu’un remplissage trop rapide de cet immense réservoir n’entraine une réduction trop importante du débit du Nil et n’affecte des millions d’Egyptiens qui en dépendent.

A cet effet, l’Egypte avait appelé à une médiation internationale après l’échec des négociations tripartites, invoquant les Etats-Unis à jouer « un rôle actif » pour résoudre le différend, affirmant la nécessaire intervention d’un pays tiers pour « sortir de l’impasse ».

La diplomatie Ethiopienne a estimé que la demande de médiation internationale du Caire était « un déni injustifié des progrès » réalisés pendant les négociations.

Aps

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :