EconomieNews

Banque Mondiale : l’économiste en chef démissionne après la polémique sur le classement Doing Business

Banque Mondiale : l’économiste en chef démissionne après la polémique sur le classement Doing Business

WASHINGTON- L’économiste en chef de la Banque Mondiale (BM), Paul Romer, a démissionné de son poste après la polémique suscitée par ses révélations fracassantes sur le classement Doing Business. Romer a fait par de sa décision de quitter ses fonctions avec “effet immédiat”, selon la presse Américaine, qui cite une note en interne du président du groupe de la BM, Jim Yong Kim.

Depuis sa prise de fonctions en 2016, l’économiste en chef était en conflit permanent avec les responsables de la BM sur la méthodologie et la rédaction des rapports produits par cette institution financière internationale.

En janvier, il avait accusé l’institution de Bretton Woods d’avoir modifié injustement les indicateurs de son rapport annuel sur le climat des affaires dans le monde pour des motivations politiques.

Dans un entretien accordé le 12 janvier au Wall Street Journal, Paul Romer, a admis que les changements de la méthodologie du rapport Doing Business, opérés ces dernières années, ont été motivés par des considérations politiques, citant le cas du Chili, dont la notation a été volontairement abaissée depuis l’arrivée au pouvoir de la socialiste Michelle Bachelet en 2014.

Le Chili qui a enregistré depuis 2010 une progression constante dans le Doing Business, a vu son classement chuter de la 34 place en 2014 à la 57 ème place en 2017 en raison de l’introduction d’un indicateur sur les délais de paiement des impôts, imposé aux entreprises, qui a coûté cher à ce pays en matière d’attractivité économique.

Ce recul important a été enregistré, alors que les conditions économiques du Chili n’ont affiché aucune détérioration, selon l’économiste en chef de la BM. Les auteurs du rapport auraient voulu donner une mauvaise image de la situation économique de ce pays de l’Amérique Latine, a-t-il laissé entendre.

La régression du Chili aurait profité au Mexique qui a capté, durant quatre années, l’essentiel des IDE vers l’Amérique Latine.

“Je veux m’excuser personnellement auprès du Chili, et des autres pays qui auraient pu être affectés par ces changements”, a indiqué Paul Romer au Wall Street Journal.

Paul Romer qui s’est exprimé jeudi après sa démission a indiqué sur son blog que la Banque Mondiale, appelé à opérer dans le domaine de la diplomatie, faisait l’objet d’une tension “inévitable” résultant des difficultés de concilier les objectifs diplomatiques et les exigences de la recherche scientifique.

Aps

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close