AlgérieEconomieNews

Automobiles: 400.000 unités en 2020

De plus en plus de constructeurs d’automobiles s’intéressent à l’Algérie et souhaitent s’implanter en tant qu’investisseurs étrangers. Le ministre de l’Industrie et des Mines M. Yousfi, ne l’a d’ailleurs pas du tout caché en révélant, que son ministère « a  enregistré une dizaine de nouvelles demandes d'implantation d'usines de montage de véhicules en Algérie de la part de constructeurs de plusieurs pays ».

Automobiles: 400.000 unités en 2020
Par : Noureddine RAMZI
De plus en plus de constructeurs d’automobiles s’intéressent à l’Algérie et souhaitent s’implanter en tant qu’investisseurs étrangers. Le ministre de l’Industrie et des Mines M. Yousfi, ne l’a d’ailleurs pas du tout caché en révélant, que son ministère « a  enregistré une dizaine de nouvelles demandes d’implantation d’usines de montage de véhicules en Algérie de la part de constructeurs de plusieurs pays ».
Sur ce point, il a avancé que son département ministériel étudiera d’une façon « approfondie » ces demandes et c’est au Conseil national de l’investissement (CNI) de trancher soit par la validation soit par le refus des projets soumis.
Dans la foulée, le ministre en charge du département a indiqué que la production des véhicules assemblés en Algérie devrait atteindre 400.000 unités d’ici 2020, dont une partie sera destinée à l’exportation. Le nombre des véhicules assemblés localement a atteint 110.000 unités en 2017. Le ministre s’exprimait au Forum de notre confrère El Moudjahid.
Concernant le plafonnement des prix des voitures assemblées en Algérie, M. Yousfi a rappelé avoir évoqué ce sujet à plusieurs reprises. Selon lui, « les industriels activant dans le domaine de l’assemblage de voitures doivent respecter le cahier des charges qu’ils ont signé et que le prix de la voiture assemblée ne doit guère dépasser celui de la même voiture importée ».
« Ils doivent aussi augmenter progressivement le taux d’intégration nationale qui, au fur à mesure qu’il progresse, doit se traduire par une baisse graduelle des prix des véhicules », a-t-il ajouté.
Concernant les véhicules industriels fabriqués par la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), il a fait savoir que le taux d’intégration nationale dépasse les 80%. M. Yousfi a, dans ce contexte, insisté sur la nécessité de créer une industrie automobile en Algérie à partir de l’activité d’assemblage mais cela, a-t-il observé, « exige de la patience et ne peut avoir lieu en une ou deux années ».
À une autre question concernant le projet de l’usine de la marque Peugeot, le ministre a indiqué qu’elle sera installée à Oran, précisant que les « difficultés » rencontrées ont été dépassées et que le site de l’implantation de l’usine a été délocalisé d’un lieu à un autre dans cette même wilaya.
N.R
Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :