FranceNews

Attentats de Paris: une reconfiguration d’alliances sans prolongement stratégique

Attentats de Paris: une reconfiguration d’alliances sans prolongement stratégique

Les attentats de Paris ont eu pour effet de reconfigurer des alliances entre pays d’Europe et du Moyen-Orient face à la menace terroriste « même si nombre de divergences demeurent sur la question de la Syrie », estiment jeudi des analystes.

Ces alliances, sans prolongement stratégique car dictées par le seul combat contre les terroristes de Daech, sont nourries par des proximités assumées depuis les attentats de Paris qui ont fait 129 morts et 352 blessés.

La Russie, jusque là, en divergence avec des pays européens et les Etats-unis sur notamment l’Ukraine et la Syrie se voit « intégrée » dans les stratégies de règlement de conflits internationaux, et à un degré moindre le président syrien, Bachar Al Assad dont le rôle dans le démantèlement de Daech se voit subitement valorisé, font remarquer ces analystes.

Jeudi, le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, a évoqué , pour la première fois, une « ouverture » dans la position de la Russie dans la lutte contre Daech en bombardant ses fiefs. La Russie avait, en effet, effectué mardi des frappes contre des positions de l’EI à Raqa avec des bombardiers stratégiques et des missiles de croisière.

Moscou a, pour sa part, indiqué qu’une « coordination plus étroite » allait se faire entre les deux pays qui vont, désormais, travailler en « alliés » en attendant que le président Hollande rencontre le président Poutine le 26 novembre à Moscou.

La même perception est palpable du coté de Washington, qui voit désormais en Poutine un « partenaire constructif » sans, toutefois, changer sa position sur le sort du président syrien. Barak Obama a réaffirmé jeudi que Bachar Al Assad n’était pas prévu dans la solution à apporter au conflit syrien.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo, avait, quant à lui, tenu mercredi un discours nouveau sur le rôle de la Syrie dans la lutte contre Daech, indiquant que Bachar al-Assad était actuellement le « moindre mal » face à la menace terroriste en Europe.

Aps

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :