AnalyseNews

Assad ne peut se mettre à dos Poutine

Assad ne peut se mettre à dos Poutine

Par : Kharroubi Habib

La première trêve humanitaire dans la Ghouta orientale, censée être entrée en vigueur après l’appel lancé aux belligérants par le Conseil de sécurité, ne s’est pas concrétisée sur le terrain. Ces derniers s’en sont mutuellement rejeté la responsabilité. D’intenses contacts diplomatiques entre Paris, Berlin et Moscou ont eu lieu pour faire en sorte que l’appel onusien ne reste pas lettre morte. Il en a résulté que le président russe, Vladimir Poutine, a, à son tour, demandé l’instauration d’une trêve humanitaire prenant effet à partir du 27 février, entre 9h et 14h locales. Il a été, depuis, constaté que l’armée syrienne a pratiquement cessé d’opérer des bombardements aériens sur la Ghouta orientale mais que des affrontements terrestres l’opposent aux combattants des groupes djihado-terroristes embusqués dans l’enclave qui tentent de repasser à l’offensive, en profitant de l’arrêt de ces bombardements. L’initiative de Poutine semble être, elle aussi, vouée à l’échec, du moment que les armes ne se sont pas totalement tues dans la Ghouta orientale, ce qui rend impossible d’acheminer les secours humanitaires à la population civile prise au piège et à celle-ci d’emprunter le couloir mis en place par les Russes pour permettre aux civils qui le veulent de quitter l’enclave. Les violations de la trêve onusienne et de celle énoncée par Vladimir Poutine sont évidemment imputées aux forces gouvernementales syriennes par les médias dominants occidentaux, sourcés sur ce qui se passe dans la Ghouta orientale par des informateurs dont la particularité commune est qu’ils sont dans les zones occupées par les groupes djihado-terroristes. Pourtant et à considérer que Bachar El Assad ait été tenté de passer outre l’appel à la trêve humanitaire émané du Conseil de sécurité, on l’imagine mal avoir refusé de répondre favorablement à celui de son indispensable allié et soutien et prendre ainsi le risque de le mettre en mauvaise posture au plan international, en le faisant apparaître comme disposant d’une influence surfaite sur les évènements auxquels donne lieu le conflit syrien. Assad a bel et bien ordonné à l’armée syrienne de cesser les bombardements sur la Ghouta orientale et la mise en place d’un couloir humanitaire mais il ne peut unilatéralement faire que le cessez-le-feu soit effectif, ses forces étant contraintes de répliquer aux assauts lancés contre elles par le camp ennemi qui tente manifestement de leur reprendre les positions d’où ses combattants ont été délogés par elles. Le plus odieux dans la relation que font les médias occidentaux dominants sur ce qui se passe dans la Ghouta est qu’ils font silence sur le fait que le couloir humanitaire mis en place est sous le feu constant des groupes djihado-terroristes, ce qui est la preuve qu’ils ne veulent pas l’évacuation des civils dont ils en font un bouclier humain. Ces médias ne font que ressasser en boucle qu’aucun civil n’a emprunté ce couloir depuis sa mise en place, donnant à sous-entendre ainsi lourdement que les 400.000 civils pris au piège de l’enfer de la Ghouta feraient bloc avec ses groupes djihado-terroristes. C’est la même antienne que celle avec laquelle ils ont matraqué l’opinion internationale lors de la bataille d’Alep. Combien ont été les habitants de cette ville, dont ils présentaient la population acquise à la «rébellion» armée, à avoir quitté ses quartiers pour suivre les combattants en armes avec lesquels ils étaient censés être solidaires. Bien peu, très peu, comme cela s’est démontré sans que pour cela les médias occidentaux varient dans leur présentation du conflit syrien.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer