AlgérieNewspolitique

APC-APW Des meetings à la pelle, des promesses à la tonne

APC-APW

Des meetings à la pelle, des promesses à la tonne

Synthèse, par : Abdelkader DJEBBAR

Alors que les élections ont commencé dans certaines zones enclavées et éloignées, la campagne de « ratissage des voix » a pris fin samedi soir. Place aux urnes donc jeudi.

Ce qui saute aux yeux en tout premier lieu ce sont les discours prometteurs avec certains constats d’échecs ou encore avec une nouvelle dynamique pendant les 22 jours marqués par rassemblements, meetings, réseaux sociaux et autres moyens. L’important était de toucher le maximum de titulaires de la carte de vote. Parfois en toute honnêteté, parfois en usant de moyens détournés. L’important était d’aller de l’avant et de dire pourquoi se rendre aux urnes jeudi prochain.

Cette campagne des locales s’est déroulée durant 22 jours, conformément à la loi organique portant régime électoral. Les leaders des partis politiques et les candidats indépendants ou les candidats eux-mêmes à ces élections ont rivalisé de discours et de promesses, pour faire tomber dans leur escarcelle le maximum d’électeurs et avoir le plus de sièges possibles. Même la Toile n’a été en reste.

Dans certaines wilayas du Grand Sud, les premières caravanes de bureaux itinérants se sont ébranlées pour aller à la rencontre des électeurs vivant en zones éparses et leur permettre de choisir leurs représentants aux Assemblées locales. Quelque 165.000 candidats, représentant une cinquantaine de partis politiques, quatre alliances et des groupes d’indépendants, sont en lice pour l’élection des membres des APC, soit 10.196 listes, tandis que plus de 16.000 autres candidats postulent pour les APW.

La loi organique relative au régime électoral, adoptée par le Parlement en 2016, garantit aux partis politiques le droit de se faire représenter, aussi bien dans les bureaux de vote qu’au niveau des commissions électorales communales et de wilaya. Leurs représentants peuvent également assister au dépouillement des bulletins de vote et consigner leurs observations sur le procès-verbal de dépouillement, dont ils reçoivent une copie.

À travers un tour d’horizon sur l’ambiance générale, différents responsables de partis mettent le doigt sur le « bobo ».

Le Secrétaire Général du parti du Front de Libération Nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a animé deux meetings à Alger durant lesquels il a affirmé que son parti “mise sur les élections locales pour amorcer une nouvelle étape”, ajoutant que “la victoire lors de cette échéance sera le prélude de la victoire lors de la présidentielle de 2019”. Il a affirmé que la réalisation de cet objectif exige de “renforcer le positionnement du parti au niveau des communes”.

Animant un meeting populaire à Tipasa, le Secrétaire Général du parti du Rassemblement National Démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a appelé à sacraliser le travail et à lutter contre les slogans négatifs qui consacrent la paresse et l’indifférence, estimant qu’il “est temps de revaloriser le travail, de relancer le processus d’édification et lutter contre les slogans qui consacrent la paresse et l’indifférence à travers l’introduction de certaines réformes pour améliorer la situation de l’Algérie”.

“Nos candidats et militants ont encore prouvé leur bonne formation politique en convainquant un nombre important de citoyens de voter pour les listes du Front El Moustakbal, souligne le président du parti. J’ai visité 26 wilayas et les membres du  bureau politiques ont assuré pour le reste, le tout dans une campagne propre et honorable”, a-t-il dit.

Concernant ses prévisions sur le taux participation jeudi prochain, M. Belaid a estimé qu’il sera “beaucoup plus important par rapport à celui enregistré à l’occasion des Législatives de mai dernier”.

De son côté, le président du parti Talaie El Hourriet, Ali Benflis a animé un meeting populaire à Sétif, durant lequel il a affirmé que les listes de son parti “constituent l’alternative qui servira l’intérêt général”, insistant sur la nécessité d’édifier un Etat basé sur la démocratie et la souveraineté populaire.

Le premier Secrétaire National du Front des Forces Socialistes (FFS), Hadj Djilani Mohamed a estimé, depuis Batna, que les prochaines élections “constituent un moyen pour opérer le changement et édifier un Etat démocratique et social”.

Le président du mouvement national “El Binae”, Mustapha Belmehdi a appelé, lors d’un meeting populaire à Sidi Bel Abbès, les citoyens à participer aux élections et voter en force pour opérer le changement, affirmant que “l’abstention ne résoudra pas la crise”.

En déplacement à Guelma, le secrétaire général de l’Alliance Nationale Républicaine (ANR), Belkacem Sahli, s’est dit en faveur de l’introduction du principe de la “prospective dans la gouvernance locale des communes”,  ajoutant que les réformes profondes que comprendront les Codes communal et de wilaya “exigent que l’élu local soit capable de prévoir une vision de développement pour la commune sur une durée d’au moins cinq ans’’.

Pour sa part, le coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), Hamana Boucherma, a appelé depuis Batna à mettre en valeur les compétences pour booster l’économie nationale.

“Il suffit d’impliquer les jeunes compétents et intègres pour permettre un saut qualitatif dans le développement global”, a estimé M. Boucherma, affirmant “adresser, à partir de la capitale des Aurès, un message d’espoir”.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :