Analyse

Analyse : Trump ne peut rien refuser aux faucons anti-Russes

Analyse

Trump ne peut rien refuser aux faucons anti-Russes

Par : Kharroubi Habib

L’accusation portée contre Donald Trump par une partie de l’establishment Américain d’avoir sollicité l’ingérence Russe dans la campagne électorale de la Présidentielle au détriment d’Hillary Clinton sa compétitrice démocrate a empoisonné la première année de son mandat et risque de valoir aux candidats républicains qui lui conservent leur soutien dans l’épreuve l’humiliant désaveu de leur électorat dans les élections législatives de la mi-mandat de novembre prochain qui se traduirait par des changements de majorité dans les deux chambres législatives Américaines au point de rendre possible pour ses adversaires politiques la procédure «d’impeachment».

Cette mauvaise passe dans laquelle le Président Américain est empêtré depuis son entrée à la Maison Blanche est cause qu’il a graduellement durci le ton à l’égard de la Russie avec laquelle il déclarait durant sa campagne électorale qu’il lui sera possible de s’entendre en nouant un dialogue et une concertation responsables avec Vladimir Poutine. Ses bonnes dispositions à l’endroit de ce pays et de son Président il les a toutefois rapidement remplacées par une attitude agressive et même provocatrice à leur encontre sur tous les points de friction existant dans les relations Américano-Russes. De ce revirement, Donald Trump a escompté un effet neutralisant de l’accusation de collusion avec les Russes qui lui colle à la peau avec le sous-entendu suggéré par certains de ses auteurs qu’il en a été réduit par l’existence aux mains de ces derniers de dossiers compromettants pour lui.

Pour que la parade qu’il déploie dans ce sens soit efficiente, il a appelé à ses côtés à la Maison Blanche et aux postes les plus névralgiques s’agissant de la conduite de la politique étrangère des Etats-Unis des personnalités communiant dans une russophobie qui confine à la paranoïa et dont il ne faut pas attendre qu’ils lui prêchent la retenue sur une confrontation avec un pays qui est tout de même une superpuissance nucléaire. Deux d’ente elles, Mike Pompeo et John Botton, le premier nommé à la tête du Secrétariat d’Etat et le second en qualité de conseiller de la Maison Blanche pour les affaires de sécurité nationale dont la prétendue menace que représenteraient pour celles-ci les agissements de la Russie sur la scène internationale, ont très vite radicalisé la position de Washington à l’égard de ce pays au point que le monde n’exclut plus l’éventualité d’une confrontation entre les deux grandes superpuissances militaires de la planète. Ce qui n’est plus du tout improbable au constat de la montée de tension à laquelle l’on assiste dans leurs rapports suite aux échanges entre Washington et Moscou d’accusations supposées et de menaces quant à leurs intentions respectives en Syrie.

L’incernable Président Américain ne semble pas prêt pour la raison invoquée plus haut à freiner les instincts belliqueux de ces deux faucons d’entre les faucons de ses hauts collaborateurs d’autant qu’en envenimant les relations Américano-Russes ils créent une situation qui lui permet d’espérer recoller l’alliance occidentale sous leadership Américain qu’il a quelque peu fracturée en malmenant économiquement ses piliers et en agissant à leur endroit avec une arrogance humiliante qui les fait s’interroger sur la fiabilité du maintien de leurs Etats sous l’ombrelle protectrice des Etats-Unis au prix d’une soumission aux volontés de ces derniers qui ignorent leurs intérêts nationaux respectifs tant économiques que géopolitiques.

 

KH.H

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer