AnalyseMoyen OrientNews

Analyse : Pour rester en poste, Netanyahu résolu à embraser le Moyen-Orient

En Israël, le Premier Ministre Benyamin Netanyahu a fait dissoudre la Knesset (le parlement Israélien) et a procédé à la convocation de nouvelles élections législatives avec le calcul que le Likoud, son Parti, l'emporterait avec une marge lui permettant de constituer une coalition parlementaire et un gouvernement dont il conserverait la direction.

Analyse : Pour rester en poste, Netanyahu résolu à embraser le Moyen-Orient

Oran par : Kharroubi Habib

En Israël, le Premier Ministre Benyamin Netanyahu a fait dissoudre la Knesset (le parlement Israélien) et a procédé à la convocation de nouvelles élections législatives avec le calcul que le Likoud, son Parti, l’emporterait avec une marge lui permettant de constituer une coalition parlementaire et un gouvernement dont il conserverait la direction.

Les urnes n’ont pas exaucé l’espérance de Netanyahu en ne gratifiant le Likoud que d’une victoire à la Pyrrhus qui ne permet pas à son chef de réaliser son plan malgré les contorsions politiques auxquelles ce dernier s’est adonné pour convaincre d’autres Partis du spectre partisan Israélien à rallier le Likoud et à participer à un gouvernement conduit par lui.

Ce dont Benyamin Netanyahu a d’évidence refusé de tenir compte c’est que ces Partis qu’ils aient été dans l’opposition durant son dernier mandat ou membres de la coalition l’ayant soutenu en sont arrivés à le percevoir comme étant l’obstacle à la formation d’un gouvernement de coalition en Israël. Les uns parce qu’ils considèrent que l’homme n’est plus crédible à force de leur avoir fait des promesses qu’il n’a pas tenues, d’autres en raison qu’il est englué dans des affaires de corruption qui lui valent d’être dans le collimateur de la justice Israélienne.

Pourtant, bien que le sulfureux Premier Ministre a dû renoncer à la mission de former un gouvernement faute d’avoir trouvé les alliés nécessaires pour cela, il persiste à vouloir conserver son poste en engageant Israël sur une pente dont il espère qu’elle lui vaudra les ralliements qui lui font défaut. Cette pente est celle de la tension régionale voire même d’un conflit armé ouvert avec l’Iran ou l’un de ses alliés dans la région.

Cette stratégie, Benyamin Netanyahu la voit comme sa planche de salut et en a commencé l’exécution comme le prouvent les agressions Israéliennes répétées contre la Syrie, le Hezbollah, les milices Chiites en Irak et les éléments Iraniens déployés en Syrie. Il y a quelques jours, le Premier Ministre Israélien, pourtant en sursis, a convoqué le conseil national de sécurité pour lui faire adopter cette stratégie qu’il s’est empressé de faire avaliser secrètement par la monarchie Saoudienne et les Emirats Arabes Unis réceptifs à toute aventure ayant pour cible l’Iran, leur ennemi intime.

Il ne serait pas surprenant qu’à brève échéance les évènements au Moyen-Orient accouchent d’un conflit armé voulu et provoqué par le sinistre Premier Ministre Sioniste à seule fin de résoudre à son avantage la crise politique Israélienne et d’être reconduit à son poste pour être en position de faire échec à la justice de son pays qui le poursuit pour corruption.

C’est à ce conflit armé que lui et ses partisans préparent l’opinion publique en l’inondant de propos et de déclarations hystériquement alarmistes sur l’imminence d’attaques contre Israël par l’Iran et ses alliés. De quoi habiller l’agression militaire Israélienne que Netanyahu a préméditée en guerre « préventive » pour assurer la sécurité d’Israël.

KH.H

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :