AnalyseNewspolitiqueRevue de presse

Analyse : Les JT des chaînes publiques, un matraquage anti-Hirak en continu

Pour savoir ce que les citoyens lambda pensent de l'élection Présidentielle dont les préparatifs vont bon train, il ne faut assurément pas se fier aux journaux télévisés des chaînes publiques qui en font quotidiennement état.

Analyse : Les JT des chaînes publiques, un matraquage anti-Hirak en continu

Oran par : Kharroubi Habib

Pour savoir ce que les citoyens lambda pensent de l’élection Présidentielle dont les préparatifs vont bon train, il ne faut assurément pas se fier aux journaux télévisés des chaînes publiques qui en font quotidiennement état.

Pour ces chaînes, il y aurait en effet une adhésion et un engouement populaires massifs pour cette compétition électorale qu’elles s’essayent de démonter en recueillant dans la rue les avis citoyens. Mais elles ne tendent leur micro qu’à des intervenants visiblement chapitrés pour abonder dans le sens d’un parti pris qu’elles défendent pour cette élection Présidentielle.

En fait, elles orchestrent un matraquage médiatique visant à faire croire que l’opinion publique serait unanimement favorable à la tenue du scrutin du 12 décembre et satisfaite des conditions dans lesquelles il va avoir lieu. Sachant les réticences et oppositions que ce rendez-vous électoral suscite parmi une frange non négligeable de la population ainsi que l’attestent les imposantes marches populaires hebdomadaires et continues depuis bientôt neuf mois, il est tout de même étrange que pas une fois ces chaînes n’ont pu trouver incidemment un citoyen s’inscrivant en faux de la version unanimiste qu’elles tentent de créditer.

Le petit vent de fronde qui a soufflé dans les rédactions de ces chaînes publiques dans le sillage de l’extraordinaire révolution citoyenne qui a rebattu la carte politique du pays et les changements qu’elle a induits au niveau de leurs directions ont vite montré leur limite en matière de traitement de l’information par ces chaînes.

Celles-ci restent au service du pouvoir qui s’en sert en tant qu’instruments de manipulation de l’opinion publique qu’il pense encore influençable par ce qu’elles lui débitent. La campagne qu’elles battent en faveur de la participation à l’élection Présidentielle est si grossière en sa forme qu’elle n’a pour résultat que celui d’ancrer dans l’esprit citoyen que cette échéance électorale est décidément sujette à suspicion du moment que le champ médiatique public est ostensiblement fermé pour ses contestataires et opposants.

Résolu et déterminé à mener à son terme le processus électoral controversé, le pouvoir qui en orchestre les préparatifs veut créer l’illusion qu’il a pour lui l’approbation populaire majoritaire et qu’il lui suffit pour l’imposer que la propagande officielle est seule à avoir lieu d’être dans les JT et les plateaux des médias lourds publics et privés à sa dévotion ou sous sa dépendance intéressée.

L’exercice est pourtant peu productif au constat que dans la rue il n’y a aucun signe qui crédite la version d’une unanimité populaire en faveur de la tenue de l’élection Présidentielle et encore moins d’un engouement citoyen pour la compétition électorale à laquelle elle est censée devoir donner lieu. Il ne fait que confirmer qu’en Algérie la liberté de la presse est une revendication qui reste à arracher.

KH.H

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :