Analyse

Analyse : H’na imout Kaci

Bien que la controverse suscitée par l'intention qui lui est prêtée de briguer un cinquième mandat malgré son état de santé qui ne lui permet plus d'assumer pleinement les lourdes obligations de la fonction Présidentielle fait l'essentiel du débat politique, Bouteflika s'est abstenu d'en évoquer le sujet dans les messages qu'il adressait aux Algériens en une circonstance ou une autre. Jusqu'à celui qu'il a fait lire par le Secrétaire Général de la Présidence devant la réunion conjointe gouvernement-walis. 

Analyse : H’na imout Kaci

Oran par : Kharroubi Habib

Bien que la controverse suscitée par l’intention qui lui est prêtée de briguer un cinquième mandat malgré son état de santé qui ne lui permet plus d’assumer pleinement les lourdes obligations de la fonction Présidentielle fait l’essentiel du débat politique, Bouteflika s’est abstenu d’en évoquer le sujet dans les messages qu’il adressait aux Algériens en une circonstance ou une autre. Jusqu’à celui qu’il a fait lire par le Secrétaire Général de la Présidence devant la réunion conjointe gouvernement-walis.

Le Chef de l’Etat a en effet rompu son silence sur la question en fustigeant avec une rare violence les voix qui s’opposent ou s’inquiètent de l’éventualité d’un cinquième mandat. En les ciblant et en s’en prenant à elles avec virulence et en agitant contre elles la menace d’une réaction officielle qui les contraindrait au silence, il a de l’avis quasi unanime des observateurs et analystes fait la preuve qu’il est dans plus que l’intention de briguer un cinquième mandat. Dans son message que d’aucuns ont qualifié « d’incendiaire », Bouteflika a insinué qu’il incarne la continuité qui est le seul rempart aux desseins qui sont ceux des « cercles de prédateurs », « cellules dormantes » et des « aventuristes » qui dénoncent l’option du cinquième mandat et s’agitent contre elle.

S’il a haussé le ton contre ces milieux, c’est au constat qu’il s’est rendu compte que leurs rangs ne sont plus aussi clairsemés qu’il a escompté et que leur opposition au cinquième mandat rassemble au point qu’elle est en train de faire consensus pour une majorité d’Algériens et de faire s’effriter à l’international les appuis dont il pensait disposer pour son intention de rempiler malgré son état de santé. Il n’est pas fait du hasard si Bouteflika s’est attaqué au vitriol aux détracteurs du cinquième mandat alors que se sont multipliés à l’étranger les articles et commentaires corrosifs à l’encontre de l’éventualité de celui-ci. Il est plus que probable qu’ayant été affecté par l’effet ravageur que ces derniers ont eu y compris dans le camp de « l’allégeance », il s’est employé par son message à conforter le moral de celui-ci et à détourner les Algériens de ce qu’ils véhiculent en présentant les opposants à sa reconduction comme étant en collusion avec leurs auteurs dans le complot qui viserait à faire retomber l’Algérie dans la dramatique situation qu’elle a connue avant qu’il n’accède à la magistrature suprême. Il est clair qu’en se montrant aussi offensif contre l’opposition au cinquième mandat qui s’exprime même au sein du pouvoir, Bouteflika a clairement fait comprendre qu’il est déterminé à un passage en force pour se l’octroyer quoi que cela puisse avoir de dangereuses conséquences pour la stabilité du pays.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :