AnalyseNews

Analyse : Gaïd Salah a trop et peu parlé

Dans l'allocution qu'il a prononcée dimanche à Oran devant l'encadrement de la 2e Région militaire où il a supervisé un exercice de tir à partir des deux sous-marins récemment acquis par la Marine nationale, le Général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-Ministre de la Défense et chef d'état-major, a de nouveau martelé son rejet de toutes les propositions de sortie de crise qui préconisent le dépassement du cadre constitutionnel et fustigé les parties qui appellent à en sortir. 

Analyse : Gaïd Salah a trop et peu parlé

Oran par : Kharroubi Habib

Dans l’allocution qu’il a prononcée dimanche à Oran devant l’encadrement de la 2e Région militaire où il a supervisé un exercice de tir à partir des deux sous-marins récemment acquis par la Marine nationale, le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-Ministre de la Défense et chef d’état-major, a de nouveau martelé son rejet de toutes les propositions de sortie de crise qui préconisent le dépassement du cadre constitutionnel et fustigé les parties qui appellent à en sortir.

Cette fois, il a fait suivre la réitération de son rejet des solutions de cette nature en se fendant d’une violente diatribe contre les Parties qui en font la promotion. Le chef de l’armée qui n’en était pas à sa première prise à partie des opposants au processus de dialogue qu’il a préconisé en vue de réunir les conditions à l’organisation de l’élection Présidentielle qu’il estime être la seule issue « légitime et constitutionnelle » à la crise politique qui est entrée dans son septième mois, ne s’est pas contenté ce dimanche d’en dénoncer la position « irresponsable » et le caractère « périlleux » des options qu’ils défendent. Il est allé plus loin en proférant contre certains d’entre eux qu’il s’est gardé d’identifier la gravissime accusation qu’ils n’ont d’autres « objectifs que l’aboutissement de leurs intérêts étroits et ceux de leurs maîtres » et en affirmant qu’il détient « des informations confirmées de leur implication qu’il dévoilera au moment opportun ».

Ce dévoilement que Gaïd Salah sait désormais attendu par l’opinion publique ne peut être longtemps différé et encore moins ne jamais être fait, d’autant que peu après que le chef de l’armée a déclaré détenir des « informations confirmées », il a été fait état du placement en détention provisoire par le tribunal militaire de Blida de l’attaché militaire auprès de l’ambassade algérienne à Paris sous l’inculpation d’avoir eu des réunions secrètes avec des représentants de services secrets étrangers. La concomitance entre les deux faits a été incontestablement provoquée pour induire dans l’opinion algérienne que le chef de l’armée détient effectivement les informations dont il a fait état. Tout en n’excluant pas que Gaïd Salah a fait en l’occurrence dans la diabolisation des opposants à la solution prônée par l’institution militaire en agitant la main étrangère et celle de ses délais supposés en interne derrière l’impasse politique qui perdure dans le pays, les Algériens n’écartent pas pour autant que la révolution dans laquelle ils se sont engagés n’est pas à l’abri de complots ourdis visant d’autres buts que ceux qu’ils lui ont fixés et qu’il se peut que derrière des propositions qu’on cherche à faire endosser par le mouvement citoyen il y a des Parties travaillant pour un agenda étranger. C’est pourquoi ils sont en majorité à estimer que dimanche l’homme fort du pays a trop et peu parlé à la fois.

 

KH.H

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :