Analyse

Analyse : De Bouteflika, il n’y a rien à attendre

Bouteflika, dont on a tant vanté la «vista» politique et l'habileté manœuvrière et tacticienne qu'il déploie pour neutraliser et écarter les obstacles qui se mettent en travers de ses visées et ambitions, s'est essayé avec ces armes à contrer le mouvement populaire qui le pousse vers la porte en lui ayant refusé et le cinquième mandat qu'il a voulu briguer malgré son incrédible dénégation et une prolongation de celui qu'il achève. Les artifices dont il a usé pour enrayer la dynamique de ce mouvement n'ont pas eu l'effet escompté par lui

Analyse :

De Bouteflika, il n’y a rien à attendre

Oran par : Kharroubi Habib

Bouteflika, dont on a tant vanté la «vista» politique et l’habileté manœuvrière et tacticienne qu’il déploie pour neutraliser et écarter les obstacles qui se mettent en travers de ses visées et ambitions, s’est essayé avec ces armes à contrer le mouvement populaire qui le pousse vers la porte en lui ayant refusé et le cinquième mandat qu’il a voulu briguer malgré son incrédible dénégation et une prolongation de celui qu’il achève. Les artifices dont il a usé pour enrayer la dynamique de ce mouvement n’ont pas eu l’effet escompté par lui. Ce que démontre le fait qu’après avoir pris connaissance de sa feuille de route censée permettre au pays une sortie de crise donnant pleine satisfaction aux revendications populaires, ce mouvement, loin de refluer, apparaît résolu à poursuivre son action dont l’objectif immédiat n’est rien moins que d’obtenir de Bouteflika qu’il renonce à s’accrocher au pouvoir et à vouloir imposer au pays une transition dont il serait le conducteur. Si l’habileté manœuvrière et tactique du président n’a pas porté ses fruits cette fois, c’est parce que ce dernier, autiste de par sa culture politique à l’endroit des attentes populaires, n’a pas jugé qu’il faille leur donner quelque satisfaction quand cela a été possible pour lui en vingt ans de règne de le faire sans casse pour le pays et même pour le régime qu’il préside. Ce qui est désormais attendu de Bouteflika est qu’il cesse de ruser et accepte de passer la main aux conditions qu’y met le mouvement populaire dont l’irrévocable est qu’il ne prétende plus à être le «deus ex machina» de la transition, avec pour but, clairement décelable, d’imposer à ses acteurs un compromis préservant les intérêts de son clan et autant que possible assurant la survivance sous une forme moins brutalement totalitaire et avilissante du régime dont il est l’ultime barrière, retardant le démantèlement réclamé par la rue. Un sursaut clairvoyant de sa part, qui permettrait à l’Algérie de dépasser pacifiquement la fatalité d’un changement par la violence, est très peu probable. Pour que Bouteflika se résolve à un tel acte, il lui faudrait enfin admettre que le destin de l’Algérie est supérieur au sien. C’est là une reconnaissance qu’il ne peut concevoir, car s’étant forgé tout au long de sa vie politique la conviction que l’Algérie et les Algériens sont dans l’erreur et l’errance et que lui a été prédestiné à leur guidance qu’il entend conserver jusqu’à sa mort. Ce vendredi, cette Algérie et ces Algériens se chargeront de lui faire comprendre qu’ils sont debout et déterminés à prendre en main leur destin et à l’effacer honteusement de leur histoire.

 

KH.H

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :