Analyse

Analyse : Construire un mur au Sahara: la lumineuse idée de D. Trump

Analyse

Construire un mur au Sahara: la lumineuse idée de D. Trump

Par : Kharroubi Habib

En juin dernier, le fantasque président américain qui a pour ambition de construire un mur à la frontière mexicaine pour lutter contre l’immigration clandestine aurait le plus sérieusement du monde suggéré au gouvernement espagnol de faire de même pour mettre fin à la crise migratoire en Méditerranée en édifiant un mur… au Sahara. L’information relèverait du canular propagé pour nuire à l’image de Donald Trump, n’eût été qu’elle a émané du chef de la diplomatie espagnole Joseph Dorell qui faisait partie de la délégation officielle de son pays reçue en ce mois de juin à la Maison Blanche et devant laquelle le président américain s’est laissé aller à proférer son incongrue suggestion.

L’on imagine la sidération dans laquelle ont été les officiels espagnols en entendant Trump leur débiter l’insanité de l’érection par leur pays d’un mur le long de l’immense Sahara sans se rendre compte qu’il étalait ce faisant son ignorance crasse des réalités qui font que sa suggestion n’est rien moins qu’une imbécilité qu’un citoyen lambda ne s’aventurerait pas à émettre. Comment en effet le gouvernement espagnol ou celui de tout autre pays de l’Union européenne peut trouver réalisable la construction d’un mur à travers le Sahara avec lequel ni l’Espagne ni aucun autre Etat européen ne sont frontaliers ? Ce que manifestement Donald Trump semble ignorer.

Si tel est le cas, cela vaut confirmation que la plus grande puissance du monde est dirigée par un président à l’insondable incompétence et qu’il y a du vrai effrayant dans le portrait que brossent de lui ses anciens et même actuels collaborateurs et qui tous le dépeignent comme n’étant pas à la hauteur de la fonction pour laquelle les Américains l’ont investi. Les élections à mi-mandat de novembre prochain vont permettre de vérifier si son élection a été un accident que l’Amérique confrontée à l’inconsistance du président qu’elle s’est choisi va rectifier en consolidant les contre-pouvoirs qui brideront les errements de ce dernier. C’est là toutefois une espérance que n’entretiennent que ceux qui sont encore à penser que l’Amérique est un modèle inoxydable de vertu et de morale qui sait mettre le holà toujours à temps quand elle s’aperçoit que celui qu’elle a placé à ses commandes l’entraîne à s’affranchir de l’une et de l’autre.

Ils se trompent à l’évidence car se refusant à admettre que l’élection de Donald Trump n’a pas résulté d’un simple vote sanction contre son prédécesseur et son administration, mais de l’adhésion assumée d’une majorité de citoyens au programme électoral populiste, raciste et xénophobe dont il a été le porte-étendard. Peu importe à cette majorité que Donald Trump qu’elle a envoyé à la Maison Blanche soit un incompétent notoire dangereux pour cela pour l’Amérique et le reste du monde, l’essentiel est pour elle qu’il réalise les promesses de son programme et qu’il le fasse en commettant bévues, provocations et violation du droit international, ce qui est le quotidien atterrant dans la politique du Président Américain en exercice.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :