Analyse

Analyse : 73ème Assemblée générale de l’ONU: nervosité et inquiétude

Présidée par Maria Fernando Espinosa, ancienne Ministre des Affaires Etrangères de l'Equateur, la 73ème session de l'Assemblée Générale des Nations Unies s'est ouverte selon les observateurs dans une ambiance à l'image de l'état du monde: nervosité et inquiétude. Ce qui pour eux explique la grande affluence de chefs d'Etat et de gouvernement qu'elle a enregistrée.

Analyse

73ème Assemblée générale de l’ONU: nervosité et inquiétude

Par : Kharroubi Habib

Présidée par Maria Fernando Espinosa, ancienne Ministre des Affaires Etrangères de l’Equateur, la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies s’est ouverte selon les observateurs dans une ambiance à l’image de l’état du monde: nervosité et inquiétude. Ce qui pour eux explique la grande affluence de chefs d’Etat et de gouvernement qu’elle a enregistrée.

Il faut dire que cette 73ème Assemblée des Nations Unies aura à se positionner entre deux courants aux visions diamétralement opposées sur la façon dont les affaires du monde doivent être conduites. Entre ces deux courants la pomme de discorde a pour nom le multilatéralisme qui a peu ou prou prédominé dans cette conduite des affaires internationales depuis la création de l’ONU et en vertu des attributions qui lui ont été confiées dans ce sens, mais que des Etats forts de leur puissance cherchent à y mettre fin. Dans l’opération de remise en cause de la doctrine du multilatéralisme dont l’ONU est censée être la source et la gardienne, les Etats-Unis en sont les acteurs les plus inquiétants car déterminés à s’en affranchir. C’est dire que ce que le président américain va déclarer à ce sujet dans son allocution devant l’Assemblée générale de l’ONU va être définitivement éclairant sur sa position.

Dans celle qu’il a prononcée l’année dernière il avait clairement affiché son intention de conduire une politique étrangère américaine aux antipodes du multilatéralisme qui selon lui a desservi les Etats-Unis et nui à leurs intérêts géopolitiques et stratégiques.

Il n’avait pas alors épargné les Nations Unies qu’il a sommées de se plier aux exigences américaines faute de quoi ils feront cavalier seul dans l’arène internationale. Depuis, Donald Trump a multiplié les décisions et initiatives confirmant sa détermination à affranchir l’Amérique des règles fixées par les Nations unies à la conduite et au traitement des questions internationales. En affaiblissant l’ONU par des sanctions financières visant des institutions qui en dépendent ou en s’en retirant au prétexte qu’elles mènent des politiques attentatoires aux intérêts américains. De même qu’il a sorti son pays de plusieurs pactes et accords internationaux approuvés et entérinés par l’ONU signifiant ainsi le peu de cas qu’il fait de son autorité fût-elle morale.

L’ambiance n’est pas à l’optimisme sur ce que le fantasque Président Américain va délivrer à l’Assemblée Générale d’autant que cette même Assemblée réunie il y a peu en session extraordinaire pour se prononcer sur sa décision controversée de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade Américaine dans ce pays a eu « l’outrecuidance » de le défier en la condamnant. Il est craint en effet que cet épisode l’a conforté dans sa vision négative sur les Nations Unies et qu’il en prenne prétexte pour accentuer ses pressions sur elles afin qu’elles taisent leur opposition à ses menées visant au détricotage de l’ordre mondial dont elles sont le symbole. Il y a toutes les raisons de s’attendre effectivement au pire de sa part, enragé qu’il est par l’isolement international que sa politique étrangère a suscité à l’Amérique.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close