AlgérieCultureNews

Amar Ezzahi : L’Algérie pleure toujours le chardonneret de la Casbah

Hommage
Amar Ezzahi
L’Algérie pleure toujours le chardonneret de la Casbah

Par Fayçal Charif

Il y a un an, jour pour jour, heure pour heure, on faisait nos adieux à l’un des monuments de la musique algérienne, l’un des Maîtres incontestés du chant populaire algérien, le Châabi. Il était sans doute aucun, l’artiste le plus populaire, le plus aimé, le plus estimé, le plus apprécié et le plus respecté de l’Algérie.

Les adieux d’Amar Ezzahi, étaient émouvants. On se rappelle tous de cette masse populaire qui s’est tassée devant sa demeure pour accompagner à sa dernière demeure le chardonneret de la Casbah, le dernier Maîtres du Châabi.

Après El Anka, dont le souvenir de sa disparition est revenu dernièrement, après le grand départ, il y a quelques années, du rossignol d’El Bahdja, El Hachemi Guerouabi, après le dernier voyage du Maître spirituel d’Ezzahi, El Ankis, Amar avait pris le relais et le flambeau pour que le chant populaire ne s’éteigne jamais.

Après les disparitions de ces grands artistes, Amar Ezzahi est resté pendant plus de dix ans seul sur la scène du Châabi et il était devenu le seul représentant du chant populaire algérien. Mais il paraissait triste et peiné et cela se sentait dans ses représentations musicales lors des fêtes familiales. L’orphelin de père et de mère se sentait orphelin à nouveau, et cette fois-ci de ses Maîtres.

Mais depuis la disparition d’Amar Ezzahi, c’est le Châabi qui est orphelin. Son souvenir nous revient depuis hier et son âme a survolé Alger et toute l’Algérie en chantant « El Maknin ezzine »,
(le beau chardonneret).

Nous pensons à toi et nous écoutons et réécoutons tes k’ssids avec ferveur comme si tu était toujours parmi nous. Ne dit-on pas que les grands artistes ne meurent jamais ? Avec toi, avec El Hachemi Guerouabi, Boudjema El Ankis, El Anka, avec Mohamed Tahar Fergani, Ahemd Wahbi, Blaoui Houari et tant d’autres, on l’a vérifié. 

Mais avec ta disparition, la boucle a été fermée. Tu étais le dernier des artistes respectables, le dernier monument, la dernière pyramide…

Paix à ton âme Amar Ezzahi…tu nous manques terriblement, atrocement !!


Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :