AlgérieNewspolitique

Algérie : Une autre journée chaude

Les rues de la capitale Algérienne ne désemplissent plus à longueur de journée. Un millier d'étudiants venus des différentes universités d'Alger défilaient à nouveau, mardi, en plein centre de la ville contre la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat.

Algérie : Une autre journée chaude

Alger par : Noureddine RAMZI

Les rues de la capitale Algérienne ne désemplissent plus à longueur de journée. Un millier d’étudiants venus des différentes universités d’Alger défilaient à nouveau, mardi, en plein centre de la ville contre la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat.

Les étudiants s’étaient donnés rendez-vous via les réseaux sociaux devant la Grande-Poste, au coeur d’Alger. La police, déployée en nombre dans le centre de la capitale, où toute manifestation est interdite depuis 2001, n’est pas intervenue à ce stade.

“Non, c’est non ! Il n’a pas compris le message du peuple ?” scandaient les manifestants faisant allusion au président malade et hospitalisé à Genève.

Le Président Abdelaziz Bouteflika, 82 ans et affaibli depuis 2013 suite à un AVC, est la cible d’une contestation jamais vue depuis qu’il a été élu à la tête de l’Algérie il y a 20 ans, déclenchée par l’annonce de sa candidature à un 5e mandat.

L’enregistrement de sa candidature au Conseil Constitutionnel, le 3 mars, a été assorti d’engagements destinés à calmer la colère : ne pas aller au bout de son mandat et quitter le pouvoir après une série de réformes profondes, notamment.

« On va lui faire comprendre aujourd’hui et encore plus vendredi », premier jour de week-end et jour de mobilisation massive ces deux dernières semaines, assure une étudiante en mathématiques à Alger, interrogée par l’AFP.

Plusieurs médias dont notre confrère TSA Algérie indiquent que “les étudiants de toutes les facs d’Alger sont rassemblés devant la Grande Poste, ils scandent des slogans hostiles à Bouteflika”. Dans la journée, des enseignants se joignent aux étudiants

A Tizi Ouzou, comme à Alger ou Constantine, des étudiants ont aussi manifeste contre la candidature d’Abdelaziz Bouteflika aux Présidentielles en Algérie. Dans cette ville située à une centaine de kilomètres de la capitale, les enseignants universitaires se sont joints aux étudiants pour protester dans les rues, comme le rapporte TSA.

De l’autre côté de la barrière, on fait comme si de rien n’était. Alors on persiste et signe. Le Conseil Constitutionnel qui a bouclé les registres des candidatures dimanche dernier à minuit, doit rendre des comptes et officialiser les candidatures retenues dans les dix jours qui suivent. Jusqu’à présent, Bouteflika est toujours hospitalisé à Genève, croit-on savoir alors qu’officiellement il ne s’était rendu en Suisse que pour des contrôles médicaux.

N.R

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :