AlgérieNewspolitique

Algérie : Un vendredi pas comme les autres

Jamais la capitale Algérienne n’aura autant résonné qu’en ce vendredi. D’abord c’est un vendredi qui coïncide avec le jour anniversaire de l’Indépendance. Ensuite il est plus fort que les autres vendredis de la protestation des Algériens. Et de partout, les Algériens sont sortis pour revendiquer la vraie Indépendance. Ils étaient des millions à dire non à la fraude. Non à la Corruption. Oui au départ des B. Oui à la liberté. Non à la hogra.

Algérie : Un vendredi pas comme les autres

Alger par : Noureddine RAMZI 

Jamais la capitale Algérienne n’aura autant résonné qu’en ce vendredi. D’abord c’est un vendredi qui coïncide avec le jour anniversaire de l’Indépendance. Ensuite il est plus fort que les autres vendredis de la protestation des Algériens. Et de partout, les Algériens sont sortis pour revendiquer la vraie Indépendance. Ils étaient des millions à dire non à la fraude. Non à la Corruption. Oui au départ des B. Oui à la liberté. Non à la hogra.

L’Algérie a donc vécu un Week-end décisif. Ce vendredi 5 juillet n’a pas été seulement le vingtième depuis le début du mouvement de contestation populaire, mais aussi avec la célébration de la fête d’indépendance.

Il a coïncidé aussi avec toute une série d’événements en lien avec la situation politique du pays dont la nouvelle formule de dialogue dévoilée par le chef de l’État, la multiplication des initiatives de l’opposition, les arrestations de manifestants et d’opposants, la poursuite des atteintes aux libertés d’opinion et de la presse, la petite concession faite par le pouvoir avec la démission du Président de l’APN…

Dans un discours à la nation, le chef de l’État a appelé les acteurs politiques nationaux, l’ensemble des composantes de la classe politique, les personnalités patriotiques nationales, les mouvances qui structurent la société civile et tous ceux qui sont considérés comme exprimant les sentiments d’une frange de la population, ou de ses élites, notamment les jeunes et les femmes à « s’engager dans le processus de dialogue national inclusif que l’État entend lancer dès à présent ».

Jugeant ce dialogue « plus que nécessaire », le chef de l’Etat a estimé qu’il constitue également « la meilleure voie pour parvenir aux formules consensuelles nécessaires sur l’ensemble des questions en rapport avec l’élection Présidentielle. « Ce dialogue est urgent, parce que le pays doit recouvrer au plus vite sa normalité politique et institutionnelle, qui le mettrait en position de faire face aux incertitudes économiques et sociales et aux menaces qui pèsent sur notre sécurité nationale du fait d’un environnement extérieur particulièrement complexe », a-t-il soutenu.

N.R

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :