AlgérieNewspolitique

Algérie :  Un petit forum pour une crise profonde

Un grand, très grand fourre-tout que cette conférence nationale d’hier. Pourtant tout laissait croire à une avancée certaine et sereine pour sortir de la crise. Les travaux du « forum pour un dialogue national » ont vu la participation de Partis politiques, de personnalités nationales et d'associations en vue de parvenir à une solution à la crise politique que traverse le pays. Tout comme il y a eu de grands absents dont l'ancien Président Liamine Zeroual et les deux anciens Chefs de gouvernement, Sid Ahmed Ghozali et Ahmed Benbitour.

Algérie :  Un petit forum pour une crise profonde

Alger par : Noureddine RAMZI 

Un grand, très grand fourre-tout que cette conférence nationale d’hier. Pourtant tout laissait croire à une avancée certaine et sereine pour sortir de la crise. Les travaux du « forum pour un dialogue national » ont vu la participation de Partis politiques, de personnalités nationales et d’associations en vue de parvenir à une solution à la crise politique que traverse le pays. Tout comme il y a eu de grands absents dont l’ancien Président Liamine Zeroual et les deux anciens Chefs de gouvernement, Sid Ahmed Ghozali et Ahmed Benbitour.

Certains appuient une feuille route. D’autres dénoncent le harcèlement du Hirak et les arrestations de manifestants en estimant qu’il est difficile d’aller au dialogue dans ces conditions. De nombreux participants réclament la libération des détenus d’opinion pour entamer le dialogue.

D’autres Partis politiques et les organisations des « Forces de l’alternative démocratique » ont également boycotté ce forum. Il s’agit du « Front des Forces Socialistes (FFS), Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), Parti des Travailleurs (PT), Parti Socialiste des Travailleurs (PST), Mouvement Démocratique et Social (MDS), l’Union pour le Changement et le Progrès (UCP) et du Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) », ainsi que la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme (LADDH).

Le coordinateur de l’instance de gestion du forum, Abdelaziz Rahabi avait affirmé « qu’il s’agit d’une base pour un dialogue global qui doit aboutir à la mise en place des garanties pour un scrutin transparent, régulier et crédible », soulignant que « les propositions émanant de ce forum seront soumises au pouvoir, ainsi qu’aux élites et aux autres forces politiques pour pouvoir trouver des convergences entre toutes les offres de dialogue faites jusque-là ».

Selon le document distribué aux participants et à la presse, les initiateurs proposent un plan de sortie de crise qui prévoit notamment l’organisation d’une élection Présidentielle dans un délai de six mois sous la supervision d’une commission indépendante.

Il s’agit « d’une base pour un dialogue global qui doit aboutir à la mise en place des garanties pour un scrutin transparent, régulier et crédible », a-t-il expliqué, soulignant que « seule la satisfaction de ces exigences est de nature à amener les Algériens à voter, les hommes de bonne volonté dans la classe politique au sein du pouvoir doivent accepter d’aller vers un compromis solide, car l’histoire du passage d’une démocratie formelle à une démocratie réelle se construit maintenant ».

Une chose est importante dans cette conjoncture précise, c’est comment asseoir entre le peuple et le pouvoir la confiance sans laquelle rien ne pourra se faire. Cela passera par la prise de mesures concrètes et l’envoi de signaux forts qui exprimeront une réelle intention du pouvoir d’accompagner le changement démocratique.

Le coordonnateur de cette conférence, diplomate et ancien Ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, fait montre d’ambitions bien optimistes en ce sens, et parmi les objectifs de son « plan de travail», revenir au processus électoral dans les meilleurs délais.

Ce à quoi aspirent d’ailleurs toutes les parties concernées par la résolution de la crise. Cela exige nécessairement d’instaurer un consensus au préalable, d’une part, sur les mécanismes garantissant le succès d’un scrutin Présidentiel et, d’autre part, sur les mesures à même de cristalliser les revendications du peuple en termes de mise en place d’un système de représentation démocratique et de consolidation de l’Etat de droit.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :