AlgérieNewspolitique

Algérie : Sortir de la crise

Les contacts se multiplient. Les va-et-vient s’intensifient. L’important est d’avancer sûrement pour répondre aux revendications du Peuple. Car, il faut sortir de l’impasse pour mieux vivre.

Algérie : Sortir de la crise

Alger par : Noureddine RAMZI 

Les contacts se multiplient. Les va-et-vient s’intensifient. L’important est d’avancer sûrement pour répondre aux revendications du Peuple. Car, il faut sortir de l’impasse pour mieux vivre.

Dans cette perspective, des Partis politiques, des organisations syndicales et des personnalités nationales, ont appelé, mercredi à Alger, lors de la rencontre des partis appelés « Forces de l’alternative démocratique », à des actions communes pour instaurer un dialogue « sérieux » en vue de sortir de la crise politique que traverse le pays.

Le Président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), Mohecen Belabes, a souligné, lors de cette rencontre, la nécessité d’une « contribution collective de tous les acteurs progressistes pour l’amorce d’un dialogue sérieux avec une période de transition pour un changement réel ».

« Il faut s’entendre sur les mécanismes de cette transition pour la mise en place d’une nouvelle gouvernance, car le peuple est sorti pour dénoncer le système corrompu », a-t-il dit, ajoutant qu' »actuellement, c’est toujours l’Etat profond qui tient les rênes du pays ».

De son coté, Ali Laskri, membre de l’instance Présidentielle de Front des Forces Socialistes (FFS), a insisté sur la nécessité de « poursuivre la lutte démocratique pacifique pour engager le pays dans un véritable processus de transition, à travers l’ouverture d’un dialogue sérieux et franc lors d’une conférence souveraine ».

Pour sa part, le représentant du Parti des Travailleurs (PT), Djeloul Djoudi, a souligné « l’urgence de mettre en place une Assemblée Nationale souveraine, chargée d’élaborer une nouvelle constitution à même de prendre en charge les préoccupations des citoyens et l’instauration d’un Etat de droit consacrant toutes les libertés ».

Abondant dans le même sens, la Présidente du parti de l’Union pour le Changement et le Progrès (UCP), Zoubida Assoul, a estimé que la solution à la crise actuelle était « politique », d’où « la nécessité d’aller vers un dialogue regroupant l’ensemble des acteurs de la scène politique nationale, à travers des assises permettant de dégager une feuille de route de sortie de crise ».

Pour amorcer ce dialogue de sortie de crise, Mme Assoul a plaidé pour des « garanties d’apaisement » de la part du Pouvoir.

Le porte-parole du Parti Socialiste des Travailleurs (PST), Mahmoud Rachedi, a appelé, quant à lui, à un dialogue national devant déboucher sur « l’élection d’une Assemblée Constituante souveraine reflétant les aspirations populaires au changement, à la justice sociale et à l’équité ».

Pour sa part, le coordinateur national du Mouvement Démocratique et Social (MDS), Fethi Gharas, a indiqué que les Partis, les associations et les personnalités nationales « ont une responsabilité historique dans cette phase déterminante pour l’avenir du pays », précisant que « nous devons organiser une rencontre nationale élargie à tous les Partis, les associations, les syndicats et personnalités pour un vrai dialogue ».

N.R

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :