AlgérieNewspolitique

Algérie : Sortir de la crise

Plus on se rapproche du 12 décembre, jour des Présidentielles en Algérie, plus nombreux sont les avis divergents pour contester d’ores et déjà les élections avant même qu’elles n’aient lieu. Il y a à peine quelques jours, une vingtaine de personnalités politiques se sont élevées pour remettre en cause ce qui a été fait comme préparation sans tenir compte de l’édifice monté.

Algérie : Sortir de la crise

Alger par : Noureddine RAMZI 

Plus on se rapproche du 12 décembre, jour des Présidentielles en Algérie, plus nombreux sont les avis divergents pour contester d’ores et déjà les élections avant même qu’elles n’aient lieu.

Il y a à peine quelques jours, une vingtaine de personnalités politiques se sont élevées pour remettre en cause ce qui a été fait comme préparation sans tenir compte de l’édifice monté.

« S’aventurer dans une élection Présidentielle suivant ce qui a été annoncé et à la date fixée, sans un consensus national préalable incluant toutes les parties, c’est faire un saut dans l’inconnu, attiser la colère de la rue et aggraver la crise de légitimité du pouvoir, ce qui ouvrirait les portes devant les ingérences et les injonctions étrangères, inacceptables dans tous les cas et sous quelque forme que ce soit », écrivent les 18 personnalités.

« Nous ne concevons la prochaine élection Présidentielle que comme la consécration d’un processus de dialogue et de consensus. Notre pays a besoin de la conjugaison de toutes les bonnes volontés pour sortir avec une vision unifiée qui fera de la prochaine présidentielle, non pas un moyen de maintenir le système même sous une nouvelle forme, mais le début d’une vie politique nouvelle, dans le cadre de l’unité nationale qui se renforce par sa diversité culturelle et politique, et qui dissipera les appréhensions de l’institution militaire vis-à-vis d’un pouvoir civil constitutionnel », écrivent-ils. « Un accord de ce niveau et un consensus de cette envergure éviteront au pays de tomber dans l’impasse et nous permettront d’effectuer ensemble un saut qualitatif », soutiennent-ils.

D’un autre côté et concernant Belkhadem qui fait bande à part, durant la journée du lundi, la rumeur se faisait insistante : Abdelaziz Belkhadem va retirer les formulaires pour sa candidature à la Présidentielle du 12 décembre prochain, souligne notre confrère Le Soir d’Algérie. Tard dans la journée, point de Belkhadem chez Charfi.

Il faut dire que Belkhadem a toujours affirmé que s’il venait à se porter candidat son programme ne pourrait faire l’impasse sur la question du tamazight, les intérêts bancaires (riba), la fiscalité selon les préceptes de l’Islam et, enfin, la question des richesses du sous-sol Algérien, «arrosé avec le sang des Chouhada», pour reprendre sa phrase, souligne le Soir d’Algérie.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :