AlgérieNewspolitique

Algérie : Que le chemin est long et ardu !

Les cartes s’embrouillent de plus en plus en Algérie et personne ne semble détenir la solution pour faire avancer les choses. Bensalah, rejeté par une grande, très grande partie du Peuple ne paraît pas encore en mesure d’abattre ses cartes. Et plus même.

Algérie : Que le chemin est long et ardu !

Alger par : Noureddine RAMZI

Les cartes s’embrouillent de plus en plus en Algérie et personne ne semble détenir la solution pour faire avancer les choses. Bensalah, rejeté par une grande, très grande partie du Peuple ne paraît pas encore en mesure d’abattre ses cartes. Et plus même.

La rue le rejette et demande son départ pour céder place à l’article 7 de la Constitution qui stipule que c’est le Peuple qui est source de Pouvoir. Quoi qu’il en soit et au lieu de penser à une feuille de route basée sur la réalité, toutes les spéculations sont possibles.

Déjà, les cœurs de plusieurs partis d’opposition ne battent pas à l’unisson. Ce qui laisse planer non seulement le doute mais surtout un semblant d’indifférence dans les hautes sphères.

Bensalah, chef d’État par intérim pendant 90 jours ne semble pas être l’Homme des circonstances. La rue exige qu’il « dégage » lui, il persiste et signe. Bedoui, le Premier Ministre est dans les mêmes draps. Mais il baisse la tête et essaie d’aller de l’avant. La liste des « indésirables » est longue, trop longue et, apparemment, les trois mois de transition ne semblent pas suffisants pour refaire peau neuve.

Les étudiants, les enseignants et les syndicalistes sont sortis nombreux, ce mercredi 10 avril, dans les rues d’Alger exprimer leur refus de la désignation d’Abdelkader Bensalah comme Président intérimaire de l’État pour une durée de 90 jours.

« Bensalah dégage ! » est le slogan le plus partagé sur le parvis de la Grande Poste par les manifestants. Certains présents dénoncent le recours de la police à la manière forte contre les étudiants et contre les syndicalistes.

« Comment, hier, vous étiez avec nous et aujourd’hui vous nous frappez ? », s’interroge, en colère, un enseignant en s’adressant à des policiers empêchant le passage des manifestants vers le lieu de rassemblement. « Mais, apprenez à dire Non, prenez position, vous êtes avec nous ! », insiste-t-il. Les policiers restent imperturbables.

La phase que traverse le pays « requiert, voire impose à l’ensemble des enfants du peuple Algérien dévoué, fidèle et civilisé, de fédérer les efforts de tous les nationalistes en suivant la voie de la sagesse, de la pondération et de la clairvoyance », a appelé Gaid Salah, affirmant sa conviction que « le peuple comprendra et mesurera la sensibilité de la situation et privilégiera l’intérêt national ».

N.R

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :