AlgérieNews

Algérie : Poursuite des interrogatoires au procès Sellal-Ouyahia

Le procès du montage des voitures se poursuit devant le juge du Tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a procédé mercredi, à l'interrogatoire des accusés poursuivis dans des affaires relatives au montage de véhicules, dont d'anciens responsables et Ministres ainsi que des hommes d'affaires.

Algérie : Poursuite des interrogatoires au procès Sellal-Ouyahia

Alger par : Noureddine RAMZI 

Le procès du montage des voitures se poursuit devant le juge du Tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a procédé mercredi, à l’interrogatoire des accusés poursuivis dans des affaires relatives au montage de véhicules, dont d’anciens responsables et Ministres ainsi que des hommes d’affaires.

Après avoir interrogé Ahmed Ouyahia, le juge a procédé à l’interrogatoire de l’ancien Premier Ministre, Abdelmalek Sellal qui a fait prévaloir sa défense laquelle s’est retirée de l’audience, arguant « l’absence des conditions nécessaires au procès ».

Les questions du juge ont porté sur l’octroi d’indus avantages à des opérateurs dans le domaine de montage automobile, notamment à l’homme d’affaire Ahmed Mazouz, et sur le financement de la campagne électorale de l’ex-Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

En réponse à ces questions, Abdelmalek Sellal a nié « en bloc » les charges qui lui sont reprochées, expliquant que son rôle en tant que Premier Ministre se limitait à la coordination entre les représentants du Gouvernement sur lesquels il « n’avait aucune autorité », et c’est le cas, a-t-il dit « pour la gestion du Ministère de l’Industrie à l’époque du Ministre en fuite, Abdeslam Bouchouareb ». Il a ajouté, à ce propos, avoir demandé à Bouchouareb de revoir le cahier de charges, qu’il a élaboré sans le consulter.

Quant à l’octroi d’indus avantages pour le projet d’investissement de l’homme d’affaires Mazouz Ahmed et l’implication de son fils, Sellal a indiqué n’avoir pas étudié ce dossier, affirmant « avoir acquis tous les biens immobiliers lui appartenant avec ses propres fonds ».

Pour ce qui est du financement de la campagne électorale et de l’ouverture de deux comptes bancaires en son nom, Sellal a expliqué que « c’est le candidat qui désigne le chargé de l’aspect financier de la campagne », niant « avoir eu connaissance d’un quelconque transfert de fonds relatif à la campagne, dont il ignorait l’origine ».

Le jugé a décidé de lever l’audience pour deux heures à peu près avant sa reprise par l’audition du reste des accusés, dont l’ancien ministre des Transports et Travaux publics, Abdelghani Zaalane et l’ex-Ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :