AlgérieNewspolitique

Algérie : Parole de Peuple

Le peuple a eu raison. Ses cris ont été entendus. Ils ont porté fruits. Ses revendications ont eu gain de cause. Mais peut-être juste en partie. Le Président Algérien Bouteflika a démissionné, mardi, répondant ainsi à six semaines d'une mobilisation monstre et pacifique dans les grandes villes du pays.

Algérie : Parole de Peuple

Alger par : Noureddine RAMZI

Le peuple a eu raison. Ses cris ont été entendus. Ils ont porté fruits. Ses revendications ont eu gain de cause. Mais peut-être juste en partie. Le Président Algérien Bouteflika a démissionné, mardi, répondant ainsi à six semaines d’une mobilisation monstre et pacifique dans les grandes villes du pays.

Son mandat devait officiellement prendre fin le 28 avril. En notifiant le Président du Conseil Constitutionnel de sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de Président de la République, Abdelaziz Bouteflika a finalement accepté de prendre les devants, poussé vers la sortie par le peuple.

Le Président de la chambre haute du Parlement, Abdelkader Bensalah, doit donc désormais assurer l’intérim pendant une durée maximum de 90 jours, jusqu’à la tenue d’élections.

Chef d’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah doit organiser la tenue d’un nouveau scrutin. Mais les conditions de cette transition sont très particulières, relève l’historien Benjamin Stora, spécialiste de l’Algérie, interrogé par France Inter : “Soit le gouvernement actuel qui a été nommé par Abdelaziz Bouteflika continue de fonctionner et prépare la transition – ce qui va être très difficile – soit c’est le Président du Conseil de la Nation, qui lui-même est très âgé et très fidèle de Bouteflika, qui organise cette transition par l’intermédiaire d’une conférence nationale”, explique-t-il.

Enfin, Benjamin Stora évoque un troisième scénario : “La mise en place d’un haut-conseil d’experts, de personnalités politiques indépendantes, d’économistes, d’entrepreneurs ou autres, qui prépareraient des élections.” Quoi qu’il en soit, cette transition devra, pour satisfaire les revendications des Algériens, aller dans le sens de davantage de démocratie, assure par ailleurs l’historien, pour qui le peuple tente “de reprendre le fil d’une continuité historique, d’une indépendance avec un Etat de droit et un régime démocratique et en finir avec le système du parti unique”.

À Alger, un concert de klaxons a accueilli l’annonce de la démission de Abdelaziz Bouteflika. Des Algérois, munis du drapeau algérien, se sont rassemblés sur le parvis de la Grande Poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale.

La démission du Président Algérien représente “un premier pas vers le succès mais il faut continuer à sortir tous les vendredis jusqu’à ce que tout ce pouvoir dégage”, soulignent des manifestants . . . Mais, ajoutent d’autres cela reste insuffisant. Le Peuple veut et exige un renouveau total pour mieux-vivre et mieux-être. L’Algérie fait la une mondiale…

 N.R

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :