AlgérieNewspolitique

Algérie : Marées humaines contre Bensalah et consorts

Les Algériens persistent et signent. Ils tiennent au départ des 3B. Ils tiennent à une ère nouvelle et revendiquent pacifiquement une vie au sein de laquelle les clans seront bannis à jamais. En ce vendredi, le huitième du 22 février, les Algériens n’en démordent pas. Les rues ne désemplissent pas. Elles regorgent de monde partout à travers le territoire national.

Algérie : Marées humaines contre Bensalah et consorts

Alger par : Noureddine RAMZI

Les Algériens persistent et signent. Ils tiennent au départ des 3B. Ils tiennent à une ère nouvelle et revendiquent pacifiquement une vie au sein de laquelle les clans seront bannis à jamais.

En ce vendredi, le huitième du 22 février, les Algériens n’en démordent pas. Les rues ne désemplissent pas. Elles regorgent de monde partout à travers le territoire national.

Les marches populaires se sont poursuivies à Alger avec les mêmes slogans, les mêmes mots d’ordre revendiquant un « changement radical » et le départ de « tous les symboles du système ».

Les premiers groupes de manifestants ont commencé à se constituer dès les premières heures de la matinée avant d’être rejoints par d’autres en début d’après-midi. Les manifestations se sont ébranlées par la suite pour sillonner les différentes artères de la capitale dans un climat serein et en présence d’un dispositif sécuritaire renforcé pour la circonstance.

Les manifestants, drapés de l’emblème national et brandissant des banderoles, ont réclamé le départ de tous les symboles du système politique, citant plus particulièrement « les trois B: Bensalah, Belaïz, Bedoui ».

Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l’unité nationale et réaffirmant que « la souveraineté appartient exclusivement au peuple ».

Les marches de ce vendredi interviennent au lendemain de la désignation de Abdelkader Bensalah au poste de chef d’Etat conformément à l’article 102 de la Constitution. M. Bensalah a aussitôt convoqué le corps électoral pour le 4 juillet 2019 en vue de l’élection d’un nouveau président de la République.

Drapés de l’emblème national ou écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ de personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier Ministre, Noureddine Bedoui, le Président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, le Président du Conseil Constitutionnel, Tayeb Belaiz, ou encore le Président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), Mouad Bouchareb.

« Le peuple veut un gouvernement consensuel, des réformes et une commission indépendante pour l’organisation des élections (Présidentielles) »,  » non au gouvernement de malfrats », ou encore « la souveraineté nationale appartient au peuple », pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :