AlgérieNewspolitique

Algérie : Les Présidentielles sous le projo

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a affirmé, mardi à Alger, que l'autorité indépendante en charge des élections aura pour mission l'organisation et la surveillance de toutes les étapes du processus électoral, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à l'annonce des résultats préliminaires.

Algérie : Les Présidentielles sous le projo

Alger par : Noureddine RAMZI 

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a affirmé, mardi à Alger, que l’autorité indépendante en charge des élections aura pour mission l’organisation et la surveillance de toutes les étapes du processus électoral, depuis la convocation du corps électoral jusqu’à l’annonce des résultats préliminaires.

« Toutes les prérogatives des autorités publiques, à savoir administratives en matière électorale, ont été transférées, en vertu de ce texte, à l’autorité indépendante en charge des élections ».

Celle-ci aura le statut de personne morale et l’autonomie administrative et financière et aura pour mission d’organiser, de surveiller le processus électoral et de superviser toutes ses étapes, depuis la convocation du corps électoral jusqu’à l’annonce des résultats préliminaires, a-t-il précisé.

De leur côté, les Forces de l’Alternative Démocratique ont réaffirmé, lundi à Alger, l’impératif d’aller vers une période de transition pour concrétiser l’Etat de droit que le peuple revendique depuis le 22 février.

Dans un document sanctionnant les travaux de la rencontre des Forces de l’Alternative Démocratique, ces derniers ont affirmé que « les revendications pour une changement vers un Etat de droit impliquent la nécessité d’entrer dans une période de transition démocratique pour gérer l’Etat dans une nouvelle logique à travers un processus constitutif exprimant les aspirations du peuple Algérien ».

A ce propos, les parties formant l’Alternative démocratique ont réitéré leur rejet de l’élection Présidentielle proposée par le Pouvoir et ce en adéquation avec les revendications « du peuple Algérien appelant au changement radical qui consacre son entière souveraineté ».

Les forces de l’Alternative qui comptent des partis, des organisations et des syndicats, ont mis en avant leur attachement « au départ des symboles du régime », appelant à la constitution « d’une justice indépendante » et à l’adaptation « des lois et des institutions avec les revendications populaires ».

Plusieurs conférences ont été animées par des enseignants universitaires représentant des partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile sur la situation politique du pays et les solutions possibles pour une sortie de crise.

Les Forces de l’Alternative Démocratique comptent le Parti des Travailleurs (PT), le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), le Front des Forces Socialistes (FFS), le Parti Socialiste des Travailleurs (PST), l’Union pour le Changement et le Progrès (UCP), le Mouvement Démocratique et Social (MDS), le Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) et la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme (LADDH).

Ont adhéré également à cette coalition trois syndicats représentant le secteur de l’éducation à savoir le Syndicat National Autonome des Professeurs de l`Enseignement Secondaire et Technique (SNAPEST), l’Union Nationale du Personnel de l’Education et de la Formation (UNPEF), le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Education et de la Formation (SATEF).

N.R

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :