EconomieNews

Algérie : Les maux des importations

Algérie

Les maux des importations

Par : M. AZZEDE

On a beau se torturer l’esprit au niveau des départements et institutions directement concernés, la facture des importations ne bouge pratiquement que d’un doigt et le plus souvent d’une manière derisoire malgré l’instauration des licences d’importations, malgré les coupures dans ce qui semble être dans tous les sens.

La facture continue à faire mal. La facture continue à donner le tournis. Les plus gros bénéficiaires, les importateurs, bien sûr. Les moins lotis, eux, continuent à se faire griller. Ramadan est une preuve concrète. Il faut juste faire attention de ne pas glisser sur une peau de banane.

Dans un bilan sur le commerce extérieur pour les cinq premiers mois de l’année 2017, révélé par le CNIS, il est noté un recul du déficit commercial s’affichant à 3,97 milliards de dollars contre 8,71 milliards en 2016.

Pourtant plusieurs moyens ont été mis en place pour stopper des manoeuvres illégales avec, en tête de liste, l’histoire des importations de conteneurs de…cailloux et autres matières du genre. En fait, pour arrêter l’hemorragie.

Les mesures de limitation des importations engagées depuis le début de l’année n’ont pas eu l’effet escompté en termes de baisse de la facture induite par les opérations d’importations. Malgré le système des licences d’importation et des contingentements des produits étrangers, la facture enregistrée pour les cinq premiers mois de l’année en cours est de 19,67 milliards de dollars contre 19,86 milliards pour la même période en 2016, soit une baisse minime de 0,98%.

Les exportations ont par contre connu une hausse de 41% en passant de 11,15 milliards de dollars pour les cinq premiers mois de l’année 2016 à 15,7 milliards en 2017.

La première question qui se pose : faut-il un vérificateur pour chaque importateur? Faut-il un contrôleur pour chaque importateur détenteur de licences? Et faut-il un autre vérificateur pour chaque collègue? Autant de questions qui ne se posent qu’en Algérie bien que les moyens de contrôle ne manquent pas.

A.M

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :