AlgérieNewspolitique

Algérie : Les marches se succèdent

Les Algériens ont encore une fois marché hier. Ils étaient des centaines de milliers à braver la pluie pour sillonner les principales artères des villes du nord au sud, de l’est à l’ouest pour revendiquer une vie meilleure, une vie de bonheur seuls ou en familles. 

Algérie : Les marches se succèdent

Alger par : Noureddine RAMZI 

Les Algériens ont encore une fois marché hier. Ils étaient des centaines de milliers à braver la pluie pour sillonner les principales artères des villes du nord au sud, de l’est à l’ouest pour revendiquer une vie meilleure, une vie de bonheur seuls ou en familles.

De nouvelles marches ont donc eu lieu à travers le pays ce vendredi 25 octobre pour le trente-sixième acte de la révolution populaire. La semaine qui s’achève a vu le Hirak entamer son neuvième mois avec une forte mobilisation.

Mardi, il faut le rappeler, les étudiants ont marché en grand nombre sous une pluie battante, à Alger et dans plusieurs autres villes. Au même moment, le moudjahid Lakhdar Bouregaâ refusait de répondre aux questions du juge. « Je ne vais pas trahir le Hirak », lui a-t-il lancé après avoir dit ce qu’il pensait du système, de la justice. Les avocats non plus n’ont pas manqué à l’appel pour faire entendre leurs revendications professionnelles et sociales. C’est dire que les jours passent et reposent sur les mêmes spécificités pour mieux avancer.

Cette semaine, plusieurs candidatures ont été actées avec le début du dépôt des dossiers au niveau de l’Autorité électorale. Parfaite illustration du déphasage entre l’aspiration du Hirak populaire au changement et à la rupture avec le système Bouteflika et l’élection Présidentielle telle qu’elle se présente, le premier à avoir déposé son dossier, c’est Azzedine Mihoubi, le Secrétaire Général du RND.

Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune, les deux candidats crédités de sérieuses chances de gagner, devraient le faire durant le week-end. Cette étape du processus électoral coïncide avec le passage du Hirak à la vitesse supérieure et d’autres moyens d’action.

Outre l’opération « mortier », une grève générale est annoncée pour le 28 octobre, la première depuis le début du mouvement. L’initiative est certes venue du monde syndical, mais elle a déjà reçu le soutien d’une partie de la classe politique, dont les Partis de l’alternative démocratique.

Pour la date symbolique du 1er novembre, c’est une méga-marche nationale qui est prévue à Alger.

Il reste à espérer que les forces de l’ordre adoptent la même retenue constatée ces dernières semaines. Lors des dernières marches de vendredi et de mardi, aucune tentative de répression ou arrestation n’a été enregistrée. Néanmoins, les activistes continuent à être harcelés. Deux d’entre eux ont été en effet incarcérés dans la semaine à Sidi Bel-Abbés et Annaba.

N.R

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :