AlgérieNewspolitique

Algérie : Les instruments pour avancer

Dans les hautes sphères Algériennes, on commence à rentrer dans le vif du sujet une semaine après la démission de Abdelaziz Bouteflika. Les services de sécurité se déploient à tout vent pour un grand ménage afin de répondre à la demande du Peuple. Les instances parlementaires multiplient les rencontres pour donner suite aux revendications populaires.

Algérie : Les instruments pour avancer

Alger par : Noureddine RAMZI

Dans les hautes sphères Algériennes, on commence à rentrer dans le vif du sujet une semaine après la démission de Abdelaziz Bouteflika. Les services de sécurité se déploient à tout vent pour un grand ménage afin de répondre à la demande du Peuple. Les instances parlementaires multiplient les rencontres pour donner suite aux revendications populaires.

C’est ainsi que la commission mixte APN Sénat s’est réunie hier pour préparer la rencontre des deux chambres du Parlement afin de constater la vacance du poste du Président de la République.

Cette réunion a été consacrée à l’examen et au débat “du projet de règlement du déroulement des travaux de la réunion du Parlement, siégeant en chambres réunies, prévue le mardi 09 avril en vue de prendre acte de la déclaration du Conseil constitutionnel constatant la vacance définitive du poste du Président de la République et d’activer l’application de l’article 102 de la Constitution”, souligne le communiqué diffusé à l’issue des travaux.

Cette commission a été installée par le Président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah lors de la réunion jeudi des deux bureaux du Parlement au siège du Conseil.

L’article 102 de la Constitution stipule qu’en cas de démission ou de décès du Président de la République, le Conseil Constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République. Il communique immédiatement l’acte de déclaration de vacance définitive au Parlement, qui se réunit de plein droit.

Le Président du Conseil de la Nation assume la charge de Chef de l’Etat pour une durée de quatre-vingt-dix (90) jours au maximum, au cours de laquelle des élections Présidentielles sont organisées, sachant que le Chef de l’Etat, ainsi désigné, ne peut pas être candidat à la Présidence de la République”.

Outre d’élaborer un règlement intérieur  de la session, ladite commission doit aussi arrêter la date de la session ainsi que les modalités de son déroulement, à savoir une séance publique ou un huis clos.

N.R

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :