AlgérieNewspolitique

Algérie : Le pot aux roses

Les jours passent et se succèdent sur le même ton, le ton de la corruption, le ton des malversations, le ton des détournements. Le plus souvent, on parle en termes de milliards, de montants qui défient la chronique. Dans les hautes instances, on étudie les cas d’immunité.

Algérie : Le pot aux roses

Alger par : Noureddine RAMZI 

Les jours passent et se succèdent sur le même ton, le ton de la corruption, le ton des malversations, le ton des détournements. Le plus souvent, on parle en termes de milliards, de montants qui défient la chronique. Dans les hautes instances, on étudie les cas d’immunité.

Et c’est ainsi que le Conseil de la Nation (Sénat) a lancé lundi 24 juin la procédure de levée de l’immunité parlementaire du Sénateur Amar Ghoul, ex-Ministre des Travaux publics, et ce à la demande du Ministère de la Justice.

Le Président par intérim du Sénat Salah Goudjil a présidé en effet une réunion du bureau de la chambre haute du Parlement pour examiner la demande du Ministère de la Justice, qui a ensuite été transmise à la Commission des Affaires Juridiques, administratives, des Droits de l’Homme, de l’Organisation Locale, de l’Aménagement du Territoire et du Découpage Territorial, selon un communiqué du Conseil de la Nation. Cette commission va établir un rapport sur la question pour permettre au bureau du Sénat de répondre au Ministre de la Justice.

La demande de lever l’immunité parlementaire de Amar Ghoul survient après la décision de la justice de rouvrir l’enquête sur le scandale de l’autoroute Est-Ouest.

Il devait comparaître en même temps qu’Ahmed Ouyahia, Amara Benyounes, Abdelmalek Sellal ou Abdelghani Zaâlane. Mais son immunité parlementaire lui a donné du temps. Il en est de même pour le dossier de l’autoroute Est-Ouest dans lequel le Président de TAJ n’a répondu, lors d’un premier procès qui s’est déroulé en 2015, que par écrit. Lors du procès, il n’a pas été inculpé au même titre que d’autres Ministres, de l’époque, cités dans le dossier. Il s’agit notamment des ex-Ministres des Affaires Etrangères Mohamed Bedjaoui et de l’Énergie Chakib Khelil.

La levée de son immunité parlementaire permettra aussi de l’auditionner sur cette affaire puisque la Cour Suprême a décidé de rouvrir le dossier.

De nouveaux témoins pourraient également être appelés à la barre. Pour revenir à la procédure, après son adoption par la commission juridique, le dossier d’Amar Ghoul sera remis au bureau du Conseil de la Nation.

Deux de ses camarades ont accepté de surseoir à leur immunité parlementaire avant la réunion de la plénière du Conseil de la Nation. Il s’agit de Djamel Ould Abbes et de Saïd Barkat, qui devront être auditionnés par la justice dès la semaine prochaine. Ils sont poursuivis dans des dossiers liés à leur gestion du Ministère de la Solidarité.

De son côté, la Commission des Affaires Juridiques, Administratives et des Libertés de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) a examiné, dimanche la demande de levée de l’immunité parlementaire du membre Boudjemaa Talaï, dont le nom figurait sur la liste d’anciens responsables au Gouvernement qui font l’objet d’enquêtes par la Cour Suprême, pour leur implication dans des faits à caractère pénal.

Selon un communiqué de l’APN, la Commission des Affaires Juridiques, Administratives et des Libertés, a repris ses travaux aujourd’hui avec la tenue d’une réunion présidée par M. Ammar Djilani, Président de la commission, consacrée à la « validation de la qualité de nouveaux membres à l’APN et l’examen de la demande de levée de l’immunité parlementaire du membre Boudjemaa Talaï ».

 N.R

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :