AlgérieNewspolitique

Algérie : Le panel politique et la crise

Et dire que le panel politique gagnerait tellement en efficacité s’il rassemblait des représentants sûrs, purs, durs et mûrs. Mais c’était trop demandé, affirme un membre du Hirak. Et de fait, la marmite commence à chauffer et les éclaboussures risquent de faire mal.

Algérie : Le panel politique et la crise

Alger par : Noureddine RAMZI 

Et dire que le panel politique gagnerait tellement en efficacité s’il rassemblait des représentants sûrs, purs, durs et mûrs. Mais c’était trop demandé, affirme un membre du Hirak. Et de fait, la marmite commence à chauffer et les éclaboussures risquent de faire mal.

De son côté, le coordonnateur du Panel de dialogue et de médiation, Karim Younes, se justifie et a défendu mardi son rôle dans le Panel. Il nie être l’émissaire du pouvoir, affirmant être seulement un citoyen appelé à apporter sa contribution au règlement de la crise politique que traverse le pays.

L’ancien Président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) s’est dit « triste » de constater que son appel à l’action « se transforme en appel à la réaction ».

« Tenter d’obtenir la libération de jeunes manifestants pour avoir porté le drapeau de ses couleurs identitaires est une tare ? De faire arrêter les violences policières sur les manifestants est une hérésie ? Faire sauter les verrous qui empêchent l’accès de la capitale les jours de marches, une faute grave ? D’appeler à l’ouverture des médias aux opinions qui courent dans la société une ineptie ? De porter la voix de millions d’Algériens pour le départ de l’actuel gouvernement, une lubie ? Que veut-on au juste ? De laisser tous ses leviers de pouvoir au pouvoir que l’on veut abattre ? », s’est-il interrogé, comme pour se justifier.

Le coordonnateur du Panel a nié être le pouvoir ou son émissaire, affirmant être seulement un citoyen « appelé à apporter sa contribution aux côtés des hommes et des femmes de bonne volonté pour faire aboutir la lutte enclenchée de longue date, impulsée par la révolution de février 2019 ».

« Que ceux qui pensent détenir la vérité, en s’installant dans le confort du censeur fassent mieux. J’applaudirai à leurs succès », a-t-il conclu.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :