AlgérieNewspolitique

Algérie : Le grand cafouillage 

Le panel politique, un haut lieu pour une sortie de crise de l’Algérie, n’a même pas entamé ses travaux au sens propre du terme que déjà on ressent des soubresauts dans les assises. Son nom ayant été parmi les personnalités qu’on voulait désigner pour mener le dialogue national, Drifa Ben M’hidi vient de déclarer au quotidien arabophone El Hiwar être surprise. “Je suis intimement convaincue que le dialogue doit être confié aux jeunes qui mènent le Hirak et non aux vieux ni aux gens d’âges murs comme moi”.

Algérie : Le grand cafouillage 

Alger par : Noureddine RAMZI 

Le panel politique, un haut lieu pour une sortie de crise de l’Algérie, n’a même pas entamé ses travaux au sens propre du terme que déjà on ressent des soubresauts dans les assises.

Son nom ayant été parmi les personnalités qu’on voulait désigner pour mener le dialogue national, Drifa Ben M’hidi vient de déclarer au quotidien arabophone El Hiwar être surprise. “Je suis intimement convaincue que le dialogue doit être confié aux jeunes qui mènent le Hirak et non aux vieux ni aux gens d’âges murs comme moi”.

Deux autres personnalisés ont décliné l’offre de participer au dialogue, il s’agit de l’avocat : Mokrane Ait Larbi et l’ancien Chef du gouvernement Mouloud Hamrouche. Ce dernier a réitéré lundi à Alger, sa position de ne pas être « candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection ».

« Je souhaite rappeler aux honorables membres du Panel et des forums, ma déclaration du 18 avril dernier où j’indiquais que ‘Je ne serais pas candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection' », a indiqué l’ancien Chef du gouvernement (septembre 1989 – juin 1991).

Hamrouche, invité la veille par les personnalités du dialogue et de la médiation à rejoindre leur panel, considère que « le mouvement unitaire et pacifique du peuple a, depuis le 22 février dernier, neutralisé, momentanément, une série de facteurs de déstabilisation et stoppé d’imminentes menaces ».

Entre-temps, l’instance nationale de dialogue et de médiation a dévoilé, dimanche à Alger, son plan d’action pour la prochaine étape lequel repose sur des rounds de dialogue avec les différents acteurs aux fins d’élaborer des propositions qui seront au centre d’une conférence nationale « souveraine » donnant lieu à des décisions « contraignantes pour les pouvoirs publics ».

Au terme des rounds de dialogue, l’Instance procédera à « l’élaboration d’une première mouture des propositions qui lui ont été soumises. Elle pourra, alors, entreprendre toute médiation pour concilier les propositions formulées, en cas de contradictions, avant d’élaborer les propositions finales à l’issue d’une réunion qui sera tenue dans le cadre d’une Conférence nationale souveraine dont les décisions seront contraignantes pour les pouvoirs publics ».

Tous les acteurs ayant pris part au dialogue seront invités à cette conférence pour l’adoption définitive des propositions de sortie de la crise actuelle. L’Instance soumettra ces propositions à la Présidence pour les cristallisera sous forme de lois, règlements et procédures, précise le communiqué.

L’Instance comprend un représentant du Hirak et invite des personnalités à répondre à l’appel de la Patrie en affirmant que « ses portes demeurent ouvertes à toutes les personnalités nationales, y compris celles de la Communauté nationale établies à l’étranger », conclut le communiqué.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :