AlgérieNews

Algérie : La Justice à la Une

Le Président Tebboune est plus que décidé pour le grand ménage dans les affaires de l’État. L'année 2019 a été celle de la lutte contre la corruption par excellence, compte tenu des procès intentés contre d'anciens hauts responsables au sein de l'Etat, impliqués dans des affaires de corruption et de blanchiment d'argent, un fait inédit dans les annales de la justice Algérienne.

Algérie : La Justice à la Une

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR 

Le Président Tebboune est plus que décidé pour le grand ménage dans les affaires de l’État. L’année 2019 a été celle de la lutte contre la corruption par excellence, compte tenu des procès intentés contre d’anciens hauts responsables au sein de l’Etat, impliqués dans des affaires de corruption et de blanchiment d’argent, un fait inédit dans les annales de la justice Algérienne.

Cette première dans l’Histoire de l’Algérie confirme les changements et les mutations que connait le pays et prélude la fin de l’ère de l’impunité en ce sens que d’anciens hauts responsables, à leur tête les deux ex-Premiers Ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été condamnés, respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme, de même que d’anciens ministres et hommes d’affaires impliqués dans des affaires de corruption.

Ainsi, dans sa feuille de route, le Président de la République a mis l’accent sur la lutte « organisée » contre la corruption, déplorant l’esprit de distribution « anarchique » de la rente. Mieux encore, il s’est engagé à restaurer l’autorité de l’Etat à travers la moralisation de la vie politique, la poursuite de la lutte contre la corruption, tout en soulignant la nécessité d’en finir avec « la politique d’impunité et les pratiques liées à la distribution anarchique des recettes pétrolières ».

Début décembre, le tribunal de Sidi M’hamed avait prononcé des peines allant de l’acquittement à 20 ans de prison ferme assorties d’amendes allant de 100.000 DA à deux (2) millions de DA à l’encontre d’anciens Ministres et hommes d’affaires impliqués dans l’affaire du montage automobile qui a causé une perte de plus de 128 milliards de DA au Trésor public.

Il s’agit notamment de l’ancien Ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, contre lequel un mandat d’arrêt international a été lancé et qui a été condamné par contumace à 20 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un (1) million de DA pour « octroi d’indus avantages », « abus de fonction », « dilapidation volontaire de deniers publics », « blanchiment d’argent » et « fausse déclaration ».

L’ancien Premier Ministre, Ahmed Ouyahia, a été, quant à lui, condamné à une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de deux (2) millions de DA pour les mêmes charges retenues contre Bouchouareb, avec la confiscation de tous ses biens saisis, l’obligation pour lui de restituer le profit illicite, qu’il soit chez ses ascendants, descendants ou parents par alliance, et sa privation de ses droits civils et politiques.

Pour sa part, l’ancien Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, a écopé d’une peine de 12 ans de prison ferme et une amende d’un (1) million DA pour « octroi d’indus avantages lors de la passation de marchés », « abus de fonction » , « dilapidation volontaire de deniers publics », « fausse déclaration » et « participation au financement occulte de la campagne électorale de l’ex-Président Abdelaziz Bouteflika ».

La même juridiction a, par ailleurs, condamné les deux anciens Ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahjoub Bedda, à des peines de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de 500.000 DA pour « octroi d’indus avantages lors de la passation de marchés », « abus de fonction » et « dilapidation volontaire de deniers publics ».

Le juge a prononcé, en outre, une peine de 5 ans de prison ferme assortie d’une amende 200.000 DA à l’encontre de l’ancienne wali Nouria Yamina Zerhouni pour délit d’abus de fonctions, tandis que l’ancien Ministre du Transport et Travaux publics Abdelghani Zaalane a été acquitté du délit de financement occulte de la campagne électorale de l’ex-Président.

Des peines de prison ferme de 7 ans de prison et une amende de 500.000 DA ont été également infligées à l’homme d’affaires, Ali Haddad, condamné pour le délit de participation au blanchiment d’argent et financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat.

L’homme d’affaires, Ahmed Mazouz, a écopé, de son côté, de 7 ans de prison ferme et d’une amende ferme de (1) million DA avec confiscation des fonds saisis, pour incitation d’agents publics en vue d’obtenir un indu privilège, de bénéficier de l’influence des agents de l’Etat, de blanchiment d’argent avec dissimulation de son origine et de financement des partis politiques.

Poursuivi pour « bénéfice de l’autorité des agents de l’Etat en vue de la conclusion de marchés publics » et de « blanchiment d’argent », l’homme d’affaires, Hassan Larbaoui a été condamné à 6 ans de prison ferme et d’une amende d’un (1) million DA avec confiscation des fonds saisis.

L’homme d’affaires, Mohamed Bairi, poursuivi pour le délit d' »incitation d’agents à exploiter leur influence en vue de conclure des marchés publics », a écopé, de son côté, d’une peine de prison ferme de 3 ans assortie d’une amende de 200.000 DA, tandis que Fares Sellal, fils de l’ancien Premier Ministre, a été condamné à 3 ans de prison ferme assortis de 200.000 DA d’amende pour délit de « participation à l’incitation d’agents publics à conclure les marchés publics ».

D’autres procès sont également prévus, ce qui dénote de profondes ramifications du phénomène de la corruption en Algérie.

La lutte contre la corruption, intervenue dans le sillage du mouvement populaire du 22 février 2019, était l’une des principales revendications des Algériens. En ce sens, cette revendication a été inscrite parmi les priorités de l’Etat.

A.D

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :