AlgérieEconomieNews

Algérie : La grande ouverture de Sonatrach

Il ne manque plus à Sonatrach qu’à déployer les banderoles de bienvenue à ses futurs partenaires dans les bases d’exploitation pétrolière. 

Algérie : La grande ouverture de Sonatrach

Alger par : Noureddine RAMZI 

Il ne manque plus à Sonatrach qu’à déployer les banderoles de bienvenue à ses futurs partenaires dans les bases d’exploitation pétrolière.

Le projet de loi sur les hydrocarbures, adopté dimanche par le Conseil des Ministres, constitue un cadre juridique en faveur du développement de l’investissement dans l’ensemble du secteur énergétique, y compris minier, en le rendant plus attractif aux yeux des partenaires étrangers.

La révision du régime juridique des hydrocarbures, notamment en matière contractuelle et fiscale, s’imposait eu égard à la baisse de la production (gazière et pétrolière) que l’Algérie a enregistrée ces dernières années, ainsi que l’augmentation croissante de la consommation nationale.

Il faut surtout retenir du communiqué du Conseil des Ministres, que le maintien du régime juridique actuel mettra l’Algérie en situation de « déficit structurel entre l’offre et la demande nationales à compter de 2025 ».

Dans un souci de préserver l’intérêt et la souveraineté nationaux, la règle dite 51/49%, régissant l’investissement étranger en Algérie, a été maintenue pour « l’ensemble des contrats, les richesses nationales étant propriété de la collectivité nationale qu’il convient d’exploiter à son profit, de façon optimale ». Alors que cette même règle a été levée pour les secteurs hors hydrocarbures, considérés comme non stratégique. C’est le grand premier point d’interrogation que suscite le document. Il va des soi que cela a provoqué une multitude de ponts d’interrogation.

Il est question aussi, à travers ce nouveau cadre juridique, d’élargir les opérations d’exploitation offshore, une activité dans laquelle l’Algérie débute et a besoin de partenaires ayant l’expérience, les ressources financières et les technologies requises.

Lors de son passage dimanche dernier au forum du quotidien El Moudjahid, le Directeur Général des hydrocarbures au Ministère de l’Energie, Mustapha Hanifi, a affirmé que l’Algérie se doit de réaliser de nouvelles découvertes de pétrole et de gaz pour assurer sa sécurité énergétique et ses revenus, notamment à travers le partenariat étranger.

Selon lui, réaliser de nouvelles découvertes gazière et pétrolière passe par la mise en place d’un cadre juridique adéquat d’où l’avantage du projet de loi fraîchement adopté par le Conseil des Ministres.

Se voulant plus convaincant, il a indiqué que le profil de production national connaissait une « tendance baissière », sachant que le champ de Hassi R’mel, totalisant la moitié de la production nationale, en est à « son troisième boosting », des techniques consistant à soutenir la production d’un champ pétrolier vieillissant mais pour une durée limitée.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :