AlgérieNews

Algérie : La fougue des Vendredis

Les vendredis se suivent et se ressemblent encore intensité. Une preuve irréfutable que le Peuple Algérien est déterminé à tout jamais à avoir une nouvelle vie avec de nouveaux gouvernants excluant ceux des vingt dernières folles années. Et surtout le groupe des B bien que tout laisse entrevoir des balbutiements de dialogue inclusif comme le laisse entendre Bensalah qui a reçu jeudi à Alger, les membres du Panel des personnalités, appelé à mener le dialogue national pour tenter une sortie de crise.

Algérie : La fougue des Vendredis

Alger par : Noureddine RAMZI 

Les vendredis se suivent et se ressemblent encore intensité. Une preuve irréfutable que le Peuple Algérien est déterminé à tout jamais à avoir une nouvelle vie avec de nouveaux gouvernants excluant ceux des vingt dernières folles années. Et surtout le groupe des B bien que tout laisse entrevoir des balbutiements de dialogue inclusif comme le laisse entendre Bensalah qui a reçu jeudi à Alger, les membres du Panel des personnalités, appelé à mener le dialogue national pour tenter une sortie de crise.

En cette 23e journée de Vendredi Historique, les revendications restent identiques. À Alger, les manifestants scandent : « Le peuple veut l’indépendance » et « Pouvoir assassin ».

À Oran, la manifestation a commencé au centre-ville avec la même foi. Les premiers manifestants avaient entamé leur marche hebdomadaire à partir de la place du premier novembre (ex-place d’armes) en direction du boulevard Emir Abdelkader. Les manifestants réclament un Etat civil et démocratique.

À Tizi Ouzou, on a enregistré une foule impressionnante pour le 23 vendredi. Des manifestants scandaient : « Le peuple veut l’indépendance ».

Mostaganem ne fut pas en reste : « Pas de négociations avec la bande », « Qu’ils partent tous », scandent les manifestants au centre-ville. Sous un soleil de plomb, ils réclament l’instauration d’un Etat civil. Voici une idée du 23e vendredi à travers quelques wilayate.

Tous les Algériens qui se donnent la main réclament à tue-tête sérénité, clairvoyance et démocratie « pour une vie meilleure chez nous » en évitant « les manœuvres politiciennes ». Voilà le côté Peuple Algérien.

Le panel, dans les mots, semble rejoint n’adresse les rangs si l’on en juge par les propositions avancées.

Karim Younes a révélé jeudi soir les sept conditions du Panel dont il est le coordinateur pour entamer le dialogue et la médiation.

Il s’agit de :

« 1/ L’impérieuse nécessité de la libération de tous les détenus du Hirak, dans l’urgence, dans un premier temps.

-2/ Le respect du caractère pacifique des manifestations par les forces de l’ordre.

-3/ La cessation des actes de violence et d’agression à l’encontre des manifestants pacifiques du Hirak et des étudiants.

-4/ l’allègement du dispositif policier notamment dans la capitale lors des marches hebdomadaires.

-5/ L’Ouverture de tous les accès à la capitale les jours des marches.

-6/ La Libération du champ médiatique tel que revendiqué par les professionnels de la presse et souhaité par la population en général.

-7/ L’appel unanime au départ du gouvernement en place et son remplacement par un gouvernement de consensus, formé de technocrates non partisans. »

N.Z

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :