AlgérieNews

Algérie : ils étaient des millions à manifester

C’est toujours avec la même ardeur et la même conviction que des millions d’Algériens ont bravé la chaleur pour appeler au "respect de la volonté du peuple’’ et "au changement radical », ont constaté des journalistes de l'APS.

Algérie : ils étaient des millions à manifester

Alger par : Noureddine RAMZI

C’est toujours avec la même ardeur et la même conviction que des millions d’Algériens ont bravé la chaleur pour appeler au « respect de la volonté du peuple’’ et « au changement radical », ont constaté des journalistes de l’APS.

Au rendez-vous de chaque vendredi, même si moins nombreux que les marches précédentes, des citoyens à Constantine ont battu le pavé des boulevards Mohamed Belouizdad et Abane Ramdane du centre-ville, appelant à l’application des articles 7 et 8 de la Constitution stipulant que « Le peuple est la source de tout pouvoir ».

Depuis Oum El Bouaghi et Skikda, brandissant l’emblème national, les citoyens qui ont bravé une journée particulièrement caniculaire, ont conditionné l’ouverture d’un dialogue par le départ des 3 B. « Pas de dialogue avant le départ des 3 B » scandait la foule.

Au centre du pays, ils étaient des milliers de citoyens à participer à des marches pacifiques pour réaffirmer leur détermination à manifester publiquement jusqu’à la satisfaction de la revendication populaire de « changement radical du système de gouvernance ».

A Blida, Chlef, Ain Defla, Tipasa, Médéa et Djelfa où le nombre des manifestants a baissé, vraisemblablement en raison des fortes chaleurs enregistrées dans ces wilayas, les manifestants ont réitéré leurs demandes de « départ du gouvernement actuel » et de poursuite du jugement des tous les responsables impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics », appelant au « respect de la souveraineté populaire » et à « l’unité du peuple ».

Dans l’ouest du pays, les manifestants ont réitéré les revendications de réformes radicales et le départ des symboles du système tout en appelant à la sauvegarde de l’unité nationale. Les manifestants qui portaient l’emblème national, ont appelé à la poursuite de la lutte contre la corruption, exprimant leur refus d’élections Présidentielles tant que les trois B sont encore au pouvoir.

À Oran et ce, malgré la hausse du mercure, ce sont des centaines de citoyens qui sont sortis dans la rue pour participer à une marche qui a démarré de la place du 1er novembre pour rallier le centre-ville jusqu’au pont Zabana, pour réaffirmer leur soutien aux revendications du mouvement populaire, répétant des slogans appelant au départ du gouvernement Bedoui et l’instauration d’un Etat de droit.

Les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « mettre en échec le plan de la mafia au col blanc » et « Djeich Chaab Khawa-Khawa », mettant en garde tous ceux parmi les infiltrés qui tentent de prendre la vague de ce mouvement.

À Mostaganem, les citoyens qui ont pris part à une marche depuis le siège de l’APC, ont sillonné les artères de la ville en réaffirmant leur attachement aux revendications du Hirak populaire notamment le départ des symboles du système et rendre la parole au peuple. Ils ont insisté sur le départ du reste du système et particulièrement les B restant (Bouchareb, Bensalah et Bedoui).

Dans les régions du Sud, les manifestations populaires pour appeler au changement politique sont prévues après la prière d’El-Asr, en fin d’après-midi, en raison des chaleurs caniculaires affectant la région, à l’instar des wilayas d’Adrar, El-Oued, Laghouat, Tindouf, Ouargla et Ghardaia.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :