AlgérieNews

Algérie : Être avocat

Alger : "La profession d'avocat dans le système juridique et judiciaire Algérien est une profession libérale qui gère ses propres affaires et n'entretient aucune relation organique avec le Ministère de la Justice qui, dès lors, ne s'immisce pas dans sa gestion", a précisé M. Zeghmati, Ministre de la Justice lors d'une session plénière à l'Assemblée Populaire Nationale (APN) consacrée aux questions orales, ajoutant que "l'ouverture des concours d'accès à la formation pour l'obtention du Certificat d'aptitude à la profession d'avocat et des sessions de prestation de serment relevait exclusivement des prérogatives de l'Union Nationale des Ordres des Avocats.

Algérie : Être avocat

Par : Abdelkader DJEBBAR

Alger : « La profession d’avocat dans le système juridique et judiciaire Algérien est une profession libérale qui gère ses propres affaires et n’entretient aucune relation organique avec le Ministère de la Justice qui, dès lors, ne s’immisce pas dans sa gestion », a précisé M. Zeghmati, Ministre de la Justice lors d’une session plénière à l’Assemblée Populaire Nationale (APN) consacrée aux questions orales, ajoutant que « l’ouverture des concours d’accès à la formation pour l’obtention du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat et des sessions de prestation de serment relevait exclusivement des prérogatives de l’Union Nationale des Ordres des Avocats.

Il a, dans ce contexte, rappelé que 2.060 candidats avaient été admis au dernier concours d’accès à la formation pour l’obtention du CAPA en 2015, soulignant que l’UNOA n’avait pas depuis jugé nécessaire d’ouvrir un autre concours.

À une question sur la proposition d’un projet de loi pour rapprocher les détenus de leurs familles pour éviter à ces dernières de parcourir de longues distances, le Ministre a précisé que la répartition des détenus à travers les établissements pénitentiaires « se fait conformément au Code de l’organisation pénitentiaire et de la réinsertion sociale des détenus promulguée en 2007 ».

Ce texte, a-t-il ajouté, classe les établissements pénitentiaires en trois catégories: les établissements de prévention situés dans le ressort de chaque tribunal et destinés à recevoir les détenus provisoires et les condamnés définitivement à des peines privatives de liberté dont la durée est égale ou inférieure à deux (2) ans, les établissements de rééducation situés dans le ressort de chaque Cour et destinés à accueillir les détenus provisoires et les condamnés définitivement à une peine privative de liberté égale ou inférieure à cinq (5) ans, et, enfin, les établissements de réadaptation destinés à recevoir les condamnés définitivement à des peines d’emprisonnement d’une durée supérieure à cinq (5) ans, les condamnés définitivement à une peine de réclusion criminelle et les condamnés à mort.

La réalisation d’établissements pénitentiaires situés dans le ressort de chaque cour pour accueillir ce type de détenus « n’est en vigueur dans aucun Etat » et dépasse les capacités financières disponibles.

Depuis le 2 janvier, 18 établissements pénitentiaires ont été dotés d’appareils téléphoniques, une opération qui sera généralisée aux autres établissements pour permettre aux détenus de contacter leurs proches et de leur éviter le déplacement.

 N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :