AlgérieEconomieNews

Algérie : Encourager les investisseurs étrangers

Des experts économiques et des dirigeants d'entreprises ont souligné mercredi les facteurs d'attractivité de l'Algérie en matière d'investissement, en saluant les mesures décidées par les pouvoirs publics en 2020 pour encourager les investisseurs étrangers.

Algérie : Encourager les investisseurs étrangers

 Alger par : Noureddine RAMZI 

Des experts économiques et des dirigeants d’entreprises ont souligné mercredi les facteurs d’attractivité de l’Algérie en matière d’investissement, en saluant les mesures décidées par les pouvoirs publics en 2020 pour encourager les investisseurs étrangers.

Intervenant lors d’une conférence en ligne organisée par le cabinet Ernst & Young et consacrée à l’Algérie sous le thème : « l’économie du monde est en pleine reconfiguration, quelles opportunités pour l’Algérie ? « , ces experts ont été unanimes à relever l’existence de nombreuses opportunités d’investissement en Algérie dans divers secteurs d’activités et la disponibilité de multiples atouts, particulièrement la position du pays au sein de l’espace méditerranéen et africain, ainsi que le potentiel humain fort d’une jeunesse instruite et dynamique.

Dans ce contexte, l’économiste en chef de la région MENA de la Banque Mondiale, Rabah Arezki, s’exprimant à partir de Washington, a mis l’accent sur le rôle de la jeunesse dans la lutte contre la pandémie du Coronavirus, à travers de nombreux projets réalisés dans les domaines du numérique, de la digitalisation, du e-commerce et des systèmes de paiement électronique.

Il a estimé que la numérisation des différents secteurs d’activités, initiés dans le contexte de la lutte contre l’épidémie, peuvent constituer des leviers de transformation de l’économie nationale, soutenant que la contribution de la diaspora favorisera la mise en place de cette « économie de réseaux ».

Dans le même esprit, l’expert du cabinet Ernst & Young, Sami Zaoui, intervenant à partir de la Tunisie, a affirmé que la réactivité des autorités algériennes à travers l’introduction de nouvelles dispositions dans la loi de Finances complémentaire 2020 constitue un « signal fort » à l’égard de la communauté des affaires et des investisseurs étrangers.

Zaoui a cité, entre autres, l’abandon de la règle 51/49 % régissant l’investissement et la levée du droit de préemption de l’Etat sur les ventes de parts sociales cédées par un investisseur étranger, ainsi la suppression de l’article faisant obligation aux opérateurs de recourir uniquement au financement interne pour tout projet d’investissement.

Pour ce spécialiste, il s’agit-là de « nouvelles tendances » de l’économie algérienne qui vont permettre, selon lui, d’améliorer l’attractivité de l’Algérie à l’échelle régionale et mondiale.

Citant les domaines disposant d’un fort potentiel de croissance, l’expert d’Ernst & Young a évoqué plus particulièrement le secteur de l’industrie pharmaceutique, les services et l’agriculture, ajoutant que l’Algérie est en mesure de s’inscrire dans la phase d’exportation dans ces domaines d’activité.

« L’Algérie peut saisir cette opportunité d’autant plus qu’elle dispose d’immenses potentialités dans les domaines du numérique, du tourisme et de l’énergie renouvelable », a recommandé cet intervenant, faisant observer que la concurrence va encore s’intensifier pour attirer des IDE au moment où les entreprises sont appelées à analyser leurs investissements à l’international en vue de procéder à des arbitrages.

Le Président du FCE, Mohamed Sami Agli, a considéré, quant à lui, que la pandémie du Covid-19 est un « facteur d’accélération et de transformation du modèle économique algérien, jusque-là basé sur la rente et les hydrocarbures ».

Estimant que l’Algérie est « en transition » économique, M. Agli a formulé le vœu de voir des investisseurs étrangers associés dans une logique de partenariat gagnant-gagnant aux projets de croissance et de diversification lancés en Algérie.

Dans ce contexte, il a énuméré les principaux secteurs à fort potentiel de développement, à savoir la production industrielle, l’agriculture, l’agro-industrie, les filières de transformation, l’industrie manufacturière, l’industrie minière, la pétrochimie, les énergies renouvelables et l’industrie du digital.

Le Président du FCE a mis en avant aussi la possibilité de relocalisation des chaines de valeur industrielles, soutenant que l’Algérie avec sa proximité avec l’Europe et sa position géographique en Afrique peut devenir un partenaire dans tous les secteurs ».

« Cette année et celles qui suivront constituent une véritable fenêtre de tir pour investir dans notre pays, tant les relais de croissance sont devenus concrets. Le marché Algérien, que vous connaissez à travers les centaines d’entreprises Françaises présentes en Algérie, regorgent de ressources naturelles sans équivalent dans tous les secteurs économiques », a encore souligné M. Agli, tout en évoquant le potentiel de la jeunesse Algérienne, qu’il a loué pour son engagement et son sens des responsabilités.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :