AlgérieNewspolitique

Algérie : Djamel Ould Abbés « Trop généreux »

Djamel Ould Abbes a été placé, ce dimanche 7 juillet, en détention provisoire par le conseilleur enquêteur de la Cour Suprême, rapporte l’ENTV.

Algérie : Djamel Ould Abbés « Trop généreux »

Alger par : Abdelkader BOUALEM

Djamel Ould Abbes a été placé, ce dimanche 7 juillet, en détention provisoire par le conseilleur enquêteur de la Cour Suprême, rapporte l’ENTV.

Il est poursuivi en tant qu’ancien Ministre de la Solidarité Nationale pour dilapidation de deniers publics, conclusions de contrats contraires à la réglementation, mauvaise utilisation de la fonction et falsification de procès-verbaux publics, selon la même source.

Djamel Ould Abbes n’est pas le seul Ministre poursuivi dans le cadre de cette affaire. Said Barkat, qui a occupé les mêmes fonctions, est également concerné par les poursuites.

Le parquet général près la Cour Suprême avait engagé les procédures de poursuite judiciaire à l’encontre de Djamel Ould Abbes, après son renoncement volontaire à son immunité parlementaire, selon les formes et dispositions prévues dans le code de procédure pénale pour des faits punis par la loi.

Il s’agit des chefs d’inculpation de « dilapidation de deniers publics, conclusion d’un marché en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, abus de fonction et faux en écritures publiques ».

Le dossier de cette affaire avait été transféré au juge enquêteur désigné à cet effet pour prendre les mesures adéquates.

L’ancien Ministre de la Solidarité Nationale et ex-Sénateur, Said Barkat qui a, également, renoncé à son immunité parlementaire, est poursuivi dans des affaires similaires.

Djamel Ould Abbes a enchaîné les postes Ministériels dès l’arrivée à la tête de l’État, en 1999, d’Abdelaziz Bouteflika et ce jusqu’en 2012. Depuis 2013, il était membre de la Chambre haute, le Conseil de la Nation. Il avait été nommé sur le contingent du chef de l’État, qui désigne un tiers de ses membres. De 2016 à 2018, il a été à la tête du FLN, Parti au pouvoir.

Depuis qu’Abdelaziz Bouteflika a démissionné le 2 avril, après 20 ans de pouvoir, sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée, la justice a lancé une série d’enquêtes sur des faits de corruption, visant de hauts responsables et des hommes d’affaires réputés proches de l’ancien Président.

 A.B

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :