AlgérieEconomieNews

Algérie : Comment monter des voitures

Alger : Le nouveau cahier des charges relatif à l’industrie automobile en Algérie, qui devrait être prêt avant la fin avril, exigera de l’investisseur un taux d’intégration initial de 30% ainsi qu’un apport initial en capital égal ou supérieur à 30% de l’investissement, a indiqué samedi à Alger, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham.

Algérie : Comment monter des voitures

Alger par : Noureddine RAMZI 

Alger : Le nouveau cahier des charges relatif à l’industrie automobile en Algérie, qui devrait être prêt avant la fin avril, exigera de l’investisseur un taux d’intégration initial de 30% ainsi qu’un apport initial en capital égal ou supérieur à 30% de l’investissement, a indiqué samedi à Alger, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham.

S’exprimant dans un entretien accordé à l’APS, le Ministre a expliqué qu’un taux d’intégration de 30%voulait dire que « 30% des intrants utilisés sont des intrants locaux », en précisant que les services annexes à la production ne peuvent, en aucun, être comptabilisés dans le calcul du taux d’intégration.

Mais « 30% d’intrants locaux est un taux quasiment impossible sauf si on construit la carrosserie localement », a-t-il poursuivi.

C’est pour cette raison que le nouveau cahier des charges exigera de l’investisseur de « produire une coque Algérienne ».

Ainsi, « les 30% seront atteint dès le départ, alors que 10% d’intégration locale seront atteints avec les accessoires », a-t-il soutenu. En outre, l’investisseur sera tenu de s’impliquer financièrement, soit à hauteur de 100% soit en partenariat, avec un minimum de 30% de capital social et de part d’investissement.

Faisant remarquer qu’un investissement minimum de 250 millions de dollars était nécessaire pour produire 200.000 coques/an, à titre d’exemple, M. Aït Ali a estimé que l’implication financière directe de l’investisseur allait le responsabiliser et l’inciter à respecter le cahier des charges.

« On va supprimer les avantages douaniers, maintenant celui qui veut continuer à importer les Kits, il peut le faire, il n’a qu’à payer des droits de douanes destinés aux produits finis », a-t-il dit.

Interrogé sur le sort des conteneurs des kits CKD-SKD, bloqués aux ports depuis avril dernier, il a avancé que 80% de ces importations ont été débloquées, sur 10.800 conteneurs.

S’agissant des véhicules de moins de trois ans, dont l’importation est autorisée par la loi de finances 2020, M. Aït Ali a annoncé que les voitures à moteurs Diesel seront exclues dans ces importations.

« Les véhicules Diesel posent un problème de pollution majeur. Ils seront écartés de l’importation et remplacés par les voitures électriques hybrides ». Initialement la LF2020 avait exclu les véhicules Diesel de la mesure autorisant l’importation des voitures d’occasion, mais les députés avaient introduit un amendement incluant les moteurs Diesel dans ces importations.

Sur les prix de ces voitures, il a rappelé qu’ils seront « assez élevés » du fait que le « prix d’un véhicule de moins de trois ans en Europe n’est pas bradé » et vu l’impact du faible taux de change du Dinar par rapport à l’Euro et au dollar, en plus du paiement de droits de douanes allant à 30% et d’une TVA à 19%.

Et même en cas d’application du démantèlement tarifaire, prévu dès septembre prochain dans le cadre de l’accord d’association Algérie-UE, une « taxe locale » sera alors instaurée sur les importations des voitures importées, a-t-il encore avancé.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :