AlgérieNewspolitique

Alger : Quand Ouyahia et Bouchareb veulent dribbler

Rien ne va plus au sein du RND. C’est le grand chamboulement. C’est l’heure des grands déballages. Le tout converge vers Ouyahia, le grand patron du Parti, hier très proche de Bouteflika, aujourd’hui très éloigné. Au sein du Parti, tout semble donc parti pour le sens dessus-dessous, le grand ménage.

Alger : Quand Ouyahia et Bouchareb veulent dribbler

Alger par : Noureddine RAMZI

Rien ne va plus au sein du RND. C’est le grand chamboulement. C’est l’heure des grands déballages. Le tout converge vers Ouyahia, le grand patron du Parti, hier très proche de Bouteflika, aujourd’hui très éloigné. Au sein du Parti, tout semble donc parti pour le sens dessus-dessous, le grand ménage.

Selon notre confrère TSA, on a assisté hier jeudi à une démission collective au sein du Parti. « Pas moins de 1960 militants, dont deux coordinateurs de wilayas, ont démissionné du Parti d’Ahmed Ouyahia », affirme  Belkacem Mellah, ancien Ministre et membre fondateur du RND. Parmi les démissionnaires figurent des élus, des responsables locaux et des militants, a-t-il ajouté.

Selon M. Mellah, les militants ont démissionné en guise de protestation contre « les dernières déclarations du Secrétaire Général Ahmed Ouyahia ». Les militants démissionnaires exigent la tenue d’un congrès extraordinaire pour élire une nouvelle direction, ajoute-t-on.

Les défections d’anciens soutiens au gouvernement et à Abdelaziz Bouteflika se multiplient depuis plusieurs semaines. Dans un entretien avec l’AFP rapporté sur le site de TV5Monde, Mohamed Hennad, ancien professeur de sciences politiques à l’université d’Alger, explique que les déclarations du porte-parole du RND et du FLN sont “un signe supplémentaire de l’effondrement du système et que le changement est proche”.”Bouteflika est en train de perdre la main et chacun essaye de sauver les meubles”, a-t-il ajouté pour expliquer pourquoi tout le monde semblait “lâcher” le Président Algérien.

Et toujours dans les rangs du FLN, Bouchareb ne fait plus aucune unanimité. Certains parlent même «de la confiance qui donne naissance à la trahison ». Il ne faut pas oublier les cadenas et les chaînes pour fermer les portes de l’Assemblée Nationale afin de déloger le Président élu. Et aujourd’hui, Bouchareb rejoint les manifestants. Il y a à peine quelques jours, il déclarait que « le Parti est infesté de harkis avant d’ajouter : « depuis la mort de Boumediene, nous n’avons pas réussi à trouver de consensus ». Il était « le charbonnier qui se déclarait maître de la forêt » jusqu’au moment où le feu a pris naissance.

Même l’UGTA, seul syndicat jugé “représentatif” par les autorités, voit de plus en plus de ses sections déclarer publiquement rejoindre le mouvement populaire.

N.R

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :